•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'influence du graphisme sur l’identité du Canada au centre d'un documentaire

L'affiche du documentaire Design Canada représente une partie de la feuille d'érable du drapeau canadien comme si elle était dessinée par un crayon rouge, jaune et bleu.
L'affiche du documentaire Design Canada Photo: designcanada.com
Radio-Canada

Projeté à partir de vendredi à Montréal le documentaire Design Canada raconte le rôle déterminant de la conception de divers emblèmes canadiens voilà quelque 50 ans. Le sujet pointu pose la question plus large de ce qui constitue l'identité d'un pays, selon les propos tenus mardi par la chroniqueuse culturelle Anne-Marie Kirouac dans l'émission Gravel le matin.

En matière de graphisme, les années 60 ont été un moment décisif au Canada, selon ce que raconte le documentaire du Vancouverois Greg Durrell – lui-même artiste graphique – qui plonge au cœur de cette décennie et de la suivante. « Cette ère […] a véritablement été le début de ce que nous pensons du Canada », indique un des créateurs interrogés dans ce film d'un peu plus d'une heure.

La bande-annonce de Design Canada (en anglais) :

Ainsi, le drapeau canadien a vu le jour en 1965. Le résultat final est dû à un Québécois, Jacques St-Cyr. Julien Hébert, un autre représentant de la province francophone, est à l’origine du logo d’Expo 67, événement marquant qui représente un autre moment majeur pour le pays comme pour la création. « On parlait de l’expression sociale de l’unité canadienne qui était représentée par le logo d'Expo 67 », rappelle Anne-Marie Kirouac.

Le Canada aurait donc développé et précisé son identité grâce aux graphistes et aux logos qu'ils ont créés à la même période : Canadien National, Air Canada, Banque TD, Radio-Canada et CBC. Design Canada donne la parole aux différents auteurs de ces symboles restés gravés dans la mémoire collective.

Certains ont vu le jour sur fond de polémique, comme le logo de Roots. Loin d'une certaine forme de pureté prônée à l’époque, le choix s’est porté sur un motif illustré, en l’occurrence un castor. Sa conceptrice, Heather Cooper est l’une des rares femmes interrogées par Greg Durrell dans son documentaire, une faible présence féminine qui rappelle combien le milieu est longtemps resté très masculin.

L'évolution des logos critiquée

Certains des logos évoqués ont par la suite été transformés (dont celui de Radio-Canada), au grand dam de leurs concepteurs. « Les graphistes parlent de cette obsession des directions d’entreprises de toujours vouloir changer les logos, comme pour effacer un peu l’histoire ou se distancer du passé de l’entreprise », explique Anne-Marie Kirouac.

Design Canada est présenté en version anglaise avec sous-titres français au Cinéma du Parc.

Cinéma

Arts