•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle médecin bilingue au Centre de santé communautaire Rexdale à Etobicoke

Des gens sont assis dans une salle.
Une vingtaine de personnes ont assisté à l'annonce de nouveaux services en français au Centre de santé communautaire Rexdale, à Etobicoke, lundi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les patients du Centre de santé communautaire Rexdale auront désormais des services de soins de santé en français. Une médecin de famille bilingue y offre maintenant ses services.

Un texte de Myriam Eddahia

De plus, une employée francophone travaille au comptoir des inscriptions du centre.

Seulement 15 % de la population francophone d'Etobicoke a un médecin de famille qui parle sa langue, selon un sondage de Reflet Salvéo qui avait eu lieu en 2016.

C'est d'ailleurs ce même organisme qui a établi un partenariat dans le but d'aider les centres de santé de la région à offrir plus de services en français.

La première étape c'est de faire connaître auprès des francophones. Les gens ne vont pas demander les services s'ils ne savent pas qu'ils existent

Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo

« Plus la demande sera élevée, plus (le centre de santé de) Rexdale va vouloir répondre à cette demande en offrant davantage de services », ajoute-t-il.

L'organisme Reflet Salvéo affirme travailler à y amener des services en français depuis trois ans.

Un service d'accompagnement

Dans la région d'Etobicoke, les nouveaux arrivants ne comprennent pas nécessairement comment le système de santé fonctionne, selon Ferdinand Akpro, qui anime des ateliers en français au Centre de santé communautaire Rexdale.

Un homme sourit.Ferdinand Akpro organise divers ateliers en français pour les membres de la communauté francophone du Centre de santé communautaire Rexdale. Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

M. Akpro travaillera à offrir des ateliers pour soutenir et accompagner la communauté francophone dans leur quête vers de saines habitudes de vie, mais aussi dans leur recherche d'emploi, par exemple. Ces nouveaux services offerts aux francophones visent surtout les nouveaux arrivants, dit-il.

Pas de solution miracle

Une population qui est mieux traitée est une population en meilleure santé.

François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario

Les besoins des francophones ne se limitent pas aux médecins de famille ou aux infirmières, selon le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau.

« Il y a des francophones ici. C'est une minorité qui est un peu oubliée dans la mesure où elle est invisible, (même si) on note une très forte minorité francophone dans la grande région de Toronto. Il s'agit donc de réaliser, pour les fournisseurs de services de santé et les RLISS, qu'il y a un marché avec ces gens-là », dit-il.

Un homme est debout.« Il est important de pouvoir s'exprimer dans sa propre langue, surtout en situation de vulnérabilité », selon le commissaire aux services en français, François Boileau. Photo : Radio-Canada

« Il y a d'autres façons de trouver des solutions que de dire qu'il nous faut juste des médecins et des infirmères bilingues », ajoute M. Boileau.

Des accompagnateurs bilingues sont aussi un moyen de comprendre le fonctionnement des services de santé, selon lui.

Gilles Marchildon espère qu'avec la satisfaction des francophones à l'endroit des services, ils en voudront d'autres.

« On pourrait imaginer avoir les services d'une infirmière practicienne ou d'une diététicienne pour mieux répondre aux besoins en terme de santé », conclut-il.

Toronto

Francophonie