•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La musique contemporaine autochtone pour se réapproprier sa langue

Des autochtones sautent dans les airs
Le Festival d'art autochtone offre une vitrine sur la musique, l'art visuel et la nourriture autochtone d'ici et d'ailleurs. Photo: Fort York/Facebook

Le rappeur Samian et l'auteur-compositeur-interprète Shauit, qui se sont tous deux réapproprié leur langue maternelle à l'âge adulte, sont parmi les têtes d'affiches du Festival d'art autochtone de Toronto, qui se termine dimanche.

La musique traditionnelle autochtone est évidemment à l'honneur, mais beaucoup d'artistes offrent un mélange de divers styles qui marient le contemporain et les langues autochtones.

Le musicien métis Shauit interprète des chansons en français, mais aussi et surtout en innu. Son style, qui allie reggae, dancehall, folk et soul, est unique en son genre.

L'innu est une langue qui est en train de disparaître. C'est très important de la préserver, et d'inspirer les jeunes à l'apprendre.

Shauit
Shauit sur scèneL’artiste de Maliotenam, Shauit. Photo : Radio-Canada / Courtoisie : Indigenous Music Awards

Il raconte avoir reçu un message d'une mère sur Facebook après un atelier avec des jeunes autochtones. « Elle m'a remercié et m'a dit que grâce à moi, son jeune était inspiré et motivé à apprendre sa langue ».

En plus de la disparition de la langue, les artistes autochtones font face à une barrière additionnelle auprès des radios, qui doivent diffuser des quotas de musique francophone.

« Moi, parce que je parle innu, je suis considéré comme une musique d'ailleurs. Je comprends que la loi vise à protéger le français, mais il y a aucune loi qui protège nos langues. Par le passé, le gouvernement a activement tenté d'effacer les langues autochtones, et aujourd'hui il n'y a aucun effort qui se fait pour les sauvegarder », dénonce Shauit.

Dame nature ne coopère pas

Les visiteurs ont été nombreux pendant les premiers jours, mais la pluie abondante a malheureusement fait fait fuir les festivaliers dimanche.

« Il y a tellement d'artistes autochtones de talent au Canada. On est chanceux d'avoir accès à des festivals comme celui-ci à Toronto », a indiqué le festivalier Adam Moffat.

Outre les performances musicales, le Festival offre aussi une vitrine sur l'art visuel et la nourriture autochtone.

Autochtones

Arts