•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des projets ambitieux pour l'île d'Anticosti

Une épave échouée sur l'île d'Anticosti.

Une épave échouée sur l'île d'Anticosti.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Depuis que Québec a officiellement mis fin, il y a un an, à toute possibilité de travaux de recherche et d'exploitation d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti, les dirigeants de l'île voient grand. Ils se sont dotés d'un plan stratégique d'une quarantaine de projets au coût total de 90 millions de dollars.

Un texte de Laurence Royer avec les informations d’Alix-Anne Turcotti

L’objectif des 42 projets soigneusement sélectionnés est de préparer l’avenir de l’île.

Selon le maire de L'Île-d'Anticosti, John Pineault, ce plan n’est pas trop ambitieux pour le village de Port-Menier, qui compte 200 habitants dans les périodes les plus achalandées.

Ce n’est pas la mer à boire quand tu penses que débarrasser les pétrolières ici, ça a coûté 94 millions de dollars, mais ça va être fait petit à petit.

John Pineault, maire de L'Île-d'Anticosti

La mise à niveau des installations d'eau potable et celle du système de traitement des eaux usées dans la municipalité font partie des priorités établies. Il s’agit de services essentiels pour attirer de nouveaux habitants, d'après le maire.

Selon le directeur général de la Municipalité, Frédéric Lee, le projet est évalué à 4 millions de dollars. La Municipalité est en avis d'ébullition depuis maintenant sept ans, dit-il. On aimerait que les choses aillent beaucoup plus vite.

Frédéric lee est le directeur général de la Municipalité de L'Île-d'Anticosti.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Frédéric lee est le directeur général de la Municipalité de L'Île-d'Anticosti.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

La Municipalité espère que Québec financera plus que les trois quarts du projet.

Développer le tourisme

Maintenant que les projets pétroliers ont été abandonnés, Anticosti mise sur le développement du tourisme de niche grâce, entre autres, à une reconnaissance au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Mais pour y parvenir, il faudra d’abord faciliter l’accès à l’île, selon John Pineault. Avant tout, je pense qu'il y a le lien interrives. Il faut que les gens soient capables de venir à Anticosti à moindre coût.

Des résidents de l'île ont confiance en ce nouvel avenir. C’est notamment le cas de Nick Malouin, qui croit que la situation économique d'Anticosti se porte de mieux en mieux.

Ça faisait des années qu’on était sur un ralentissement. J'ai l'impression que là, ça repart.

Nick Malouin, résident d'Anticosti

Pour sa part, Mireille Malouin se réjouit que les citoyens aient leur mot à dire dans cette démarche. Ça implique aussi les gens dans un processus de développement, affirme-t-elle. Donc, je vois un avenir quand même, un avenir intéressant face au projet de l'UNESCO. 

Mireille Malouin est une résidente de l'île d'AnticostiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mireille Malouin est une résidente de l'île d'Anticosti

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Les défis qui attendent Anticosti au cours des prochaines années sont nombreux. La Municipalité promet de garder les pieds sur terre et d'y aller un pas à la fois.

Tourisme

Économie