•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves demandent des produits en français au Walmart de Grande Prairie

Dans l'epace de service à la clientèle d'un Walmart, une jeune fille de 5e année lit une lettre à une femme avec un dossard.

Éva Tremblay explique à la gérante du Walmart de Grande Prairie pourquoi il est important de pouvoir y acheter des livres en français.

Photo : Michelle Hunter

Radio-Canada

De jeunes élèves francophones de Grande Prairie, dans le nord de l'Alberta, se sont rendus en groupe au Walmart du coin pour demander plus de livres, de jeux vidéo et de jouets en français.

Un texte de Simon-Pierre Poulin

La dizaine d’élèves de 5e année avaient préparé en classe des lettres pour expliquer dans leurs mots pourquoi ils tenaient à voir davantage de produits en français chez Walmart. Ce sont ces lettres qu’ils ont lues, tour à tour, à la gérante de la succursale de Grande Prairie, sous le regard du personnel et des autres clients.

J’étais vraiment confiante quand j’ai lu ma lettre parce que ma famille veut plus de livres en français. Je pense que ça va m’encourager à parler plus en français et à ne pas être gênée de parler en français en public.

Éva Tremblay, élève de 5e année

Une méthode éprouvée

Ce projet émane de leur enseignante, Michèle Hunter, qui n’en est pas à sa première initiative du genre.

La Franco-Albertaine avait adopté la même démarche pour franciser les menus pour enfants dans un McDonald et certains produits du Costco de Grande Prairie, lequel avait alors commandé des bandes dessinées d’Astérix.

Michèle Hunter souligne que ses initiatives ne sont pas une confrontation, mais bien une démarche « à l’amiable ». Les commerçants sont toujours informés à l’avance, les rapports restent courtois et l’enseignante envoie toujours une lettre de remerciement après coup.

C’est aussi se donner une voix. Je veux que les élèves sachent qu’il y a une façon de s’exprimer et de demander les choses.

Michèle Hunter, enseignante

Selon Michèle Hunter, l’entreprise américaine s’est montrée particulièrement ouverte aux arguments des jeunes. La gérante de la succursale de Grande Prairie leur a promis de faire des démarches pour obtenir du matériel en français dès la prochaine rentrée scolaire.

Walmart n'a pas voulu répondre aux questions de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Francophonie