•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Assemblée nationale devrait compter plus de députés indépendants, selon Gaétan Lelièvre

Le député indépendant de Gaspé, Gaétan Lelièvre, quittera la vie politique après son mandat en octobre
Le député indépendant de Gaspé, Gaétan Lelièvre, quittera la vie politique après son mandat en octobre Photo: Radio-Canada / Martin Toulgoat
Radio-Canada

Le député indépendant de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a dressé le bilan, vendredi, de ses six années comme élu à Québec. L'ex-ministre, qui a décidé de ne pas réintégrer les rangs du Parti québécois, estime que la présence de plus de députés indépendants à l'Assemblée nationale permettrait d'adopter des projets de loi qui répondraient davantage aux intérêts des Québécois, en éliminant la partisanerie.

Un texte de Martin Toulgoat

C’est Pauline Marois qui avait convaincu Gaétan Lelièvre de se présenter aux élections de 2012 dans le comté de Gaspé. Élu, il fut ministre délégué aux régions durant les 18 mois du court gouvernement péquiste.

Mais le député n’a jamais été à l’aise avec la ligne de parti, ce qui l’a incité à demeurer indépendant jusqu’à son retrait de la vie politique en octobre prochain.

Il avait été chassé du caucus après des allégations d’apparence de conflit d’intérêts avec la firme Roche, alors qu’il était directeur général de la Ville de Gaspé en 2008 et 2009. Malgré l’invitation de Jean-François Lisée, il n’est jamais revenu au bercail.

C’est certain que la ligne de parti, c’est une contrainte majeure, la politique partisane à outrance aussi et les débats stériles où il faut bloquer, bloquer pour ne pas que le gouvernement adopte certains projets de loi, même si parfois c’est bon pour la société. Moi, j’ai beaucoup de difficulté avec ça.

Gaétan Lelièvre, député indépendant de Gaspé
Gaétan Lelièvre et Jean-François LiséeGaétan Lelièvre se fait exclure du caucus du Parti québécois. Photo : Radio-Canada

La concertation au lieu de la confrontation

Gaétan Lelièvre a songé, jusqu’à la toute fin, à se présenter comme candidat indépendant.

« Dans l’opposition officielle, on travaille souvent plus en mode confrontation, mais durant la dernière année, j’ai pu développer d’autres stratégies, explique-t-il. En étant indépendant, j’ai réussi à créer des liens de collaboration avec des parlementaires d’autres formations politiques. »

L’Assemblée nationale compte neuf députés indépendants, incluant les trois députés de Québec solidaire.

Depuis un peu plus d’un an, siéger sans parti a permis à Gaétan Lelièvre d’obtenir davantage de crédits parlementaires, plus de temps pour intervenir à l’Assemblée nationale et surtout, lui a permis d’avoir une plus grande liberté d’expression.

Le jour où on sera 10, 15, 20 indépendants à Québec, bien je pense qu’on va pouvoir influencer grandement les décisions gouvernementales et améliorer la politique en laissant moins de place à la partisanerie et à de l’obstruction systématique.

Gaétan Lelièvre, député indépendant de Gaspé

Gaétan Lelièvre ne ferme pas définitivement la porte à un retour en politique.

À 55 ans, il n’a pas l’intention de prendre sa retraite et n’a pas encore décidé ce qu’il ferait après son mandat en octobre, mais réintégrer ses anciennes fonctions de directeur général de la MRC Côte-de-Gaspé demeure une possibilité.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique provinciale