•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de nourriture et moins de bruit pour la survie des épaulards

Un épaulard semble suspendu au-dessus de l'océan alors que son corps entier est sorti de l'eau. Il expose la face ventrale de son corps de son nez à sa queue et ses nageoires sont étendues de chaque côté de son corps.
Un recensement réalisé en juillet 2017 a dénombré 77 épaulards dans le sud de la Colombie-Britannique. Photo: Associated Press / Elaine Thompson

Le gouvernement canadien investit 167,4 millions de dollars pour la survie des épaulards. Ottawa s'engage à améliorer l'acoustique de leur habitat, à accroître le volume de leurs proies, à renforcer la surveillance sous-marine et aérienne et à multiplier le nombre d'agents de surveillance.

Ce financement fait partie du Plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars du gouvernement canadien.

Le gouvernement reconnaît les menaces auxquelles sont confrontés les épaulards du pays, a déclaré le ministre des Transports Marc Garneau en point de presse à Vancouver.

En ayant plus d’yeux rivés au ciel et d’oreilles dans l’eau, [nous permettrons aux] épaulards résidents du Sud [d'obtenir] une protection supplémentaire, en travaillant ensemble en vue de réduire les menaces.

Marc Garneau, le ministre fédéral des Transports

Les épaulards résidents du Sud qui se déplacent dans les eaux au large de la Colombie-Britannique, les baleines noires de l'Atlantique Nord et les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent sont les espèces touchées par le Plan de protection des océans.

Alimentation

Les quotas de pêche de saumon quinnat seront réduits de 25 à 35 % pour que les épaulards trouvent davantage de nourriture.

De plus, la pêche commerciale et récréative du saumon sera fermée dans les aires d’alimentation des baleines.

Acoustique de l'habitat

Les bruits sous-marins, reconnus par les scientifiques comme une entrave à la communication des épaulards sont pris en compte dans la mesure du gouvernement.

À compter du 11 juillet 2018, tous les navires maritimes, y compris les bateaux d’observation touristique, devront se tenir à une distance de 200 mètres des épaulards, soit 100 mètres plus loin que la distance actuelle.

Le ministre Marc Garneau a cependant avoué que le gouvernement n’a pas encore établi les conséquences pour ceux qui ne respecteraient pas cette nouvelle distance.

Les navires seront priés de se tenir loin des principales aires d’alimentation dans le détroit de Juan de Fuca, au sud de l'île de Vancouver et un plan de gestion du bruit sera mis en place avec BC Ferries.

L'épaulard du Pacifique Nord-Ouest fait partie des espèces en voie de disparition au Canada.

Le dernier recensement de cette population de mammifères marins, qui s'est déroulé en juillet 2017, montre qu'il reste seulement 77 épaulards répartis en trois groupes dans le sud de la Colombie-Britannique.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale