•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Algérie éteint Internet pour les examens scolaires nationaux

Un gros plan sur les mains d'une jeune fille qui tient un téléphone intelligent. Ses mains sont posées sur son pupitre d'école, par dessus un cahier ligné.

L'Algérie fait face à des problèmes de triche importants depuis 2016.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les Algériens qui suivent la Coupe du monde de soccer devront prendre leur mal en patience quelques jours. Le gouvernement du pays a décidé d'éteindre Internet sur son territoire pendant les examens nationaux des élèves du secondaire afin de couper l'herbe sous le pied des tricheurs.

Autant les réseaux domestiques et publics que mobiles sont affectés par ces coupures de service d’une durée d’une heure, de deux à trois fois par jour. Celles-ci ont commencé mercredi, à la même heure que les examens, et se poursuivront jusqu’au 25 juin inclusivement.

En plus de cette mesure, des bloqueurs de téléphones, des caméras de surveillance et des détecteurs de métal ont été installés dans les lieux où se tiennent les examens. Des mesures similaires ont été prises dans les centres où les tests sont imprimés.

Une importante vague de triche

Cette initiative du gouvernement algérien fait suite à une vague d’allégations de triche lors des examens de 2016, pendant lesquels les questions des tests s’étaient retrouvées sur Internet. C'est 300 000 élèves qui avaient alors dû reprendre leurs examens.

En 2017, le gouvernement a demandé aux fournisseurs d’accès Internet de bloquer Facebook et Twitter pendant la durée des examens, mais cette mesure volontaire n’aurait pas été suffisante.

L’Irak utilise actuellement la même méthode que l’Algérie pour contrer la triche durant les examens nationaux. D’autres pays, dont l’Inde, la Tunisie, l’Éthiopie et la Syrie ont fait de même par le passé.

Avec les informations de BBC News, et CNN

Internet

Techno