•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation des employés du CISSS de l'Outaouais travaillant en santé mentale

Le nom du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais est inscrit sur un mur. (Archives)
Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais. (Archives) Photo: Radio-Canada

Des préposés aux bénéficiaires et des auxiliaires en santé et services sociaux des hôpitaux de Hull, Gatineau et de Pierre Janet ont manifesté jeudi peu avant le conseil d'administration du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

Réunis devant les bureaux administratifs du CISSS, ils ont réclamé un statut professionnel qui reflète leur réalité.

Ces quelque 120 travailleurs veulent être reconnus comme des agents d'intervention en milieu psychiatrique.

Ils soutiennent que leurs responsabilités sont plus lourdes que celles d'un simple préposé.

Le vice-président du syndicat des travailleurs et travailleuses de la santé et des services sociaux de l'Outaouais, Jérémy Berthiaume explique que ce sont les préposés qui doivent notamment intervenir pour maîtriser un patient agité.

Nous, dans le cadre de notre travail, on est responsable de la sécurité sur les unités, a-t-il avancé. C'est nous qui allons passer la majorité des journées avec les patients sur l'unité, on est avec eux pendant les repas, pendant les collations, c'est nous qui intervenons pendant les situations de crise.

Selon M. Berthiaume, bon nombre de CISSS et CIUSSS ont reclassifié ce type de travail dans d’autres régions du Québec.

La direction du CISSS de l'Outaouais s'était engagée l'hiver dernier à analyser la revendication de ses travailleurs ce printemps. Le PDG Jean Hébert assure qu'il étudie la question.

On est aussi dans un processus des matières locales. Les négociations, ça ne se fait pas au conseil d'administration ou sur la place publique, ça se fait à la table des négociations, a-t-il affirmé.

Le syndicat juge que le titre d'environ 120 travailleurs devrait être redéfini.

Démission d'un administrateur

Gilbert Whiteduck, un représentant de la communauté autochtone de Kitigan Zibi, a quitté son poste avec frustration et déception.

M. Whiteduck, qui a fait carrière dans les services sociaux, la structure du conseil d'administration du CISSS est beaucoup trop lourde. Selon lui, il est difficile d'être à l'écoute de la population dans ces circonstances.

Moi, je suis une personne de terrain, une personne qui peut être à l'écoute de la population et puis la façon dont les conseils d'administration ont été mis en place, on nous met dans un conseil d'administration très élevé [...] ça devient vraiment frustrant, a-t-il commenté.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Ottawa-Gatineau

Soins et traitements