•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydropothicaire change de nom et devient Hexo Corp.

Des plants de marijuana dans une serre
Des plants de marijuana dans une serre de l'entreprise gatinoise Hydropothicaire, le jeudi 12 octobre 2017 (archives). Photo: Radio-Canada / Laurie Trudel
La Presse canadienne

Grâce à sa promotion à la Bourse de Toronto à compter de vendredi, Hydropothicaire estime pouvoir attirer d'importants investisseurs, ce qui devrait lui permettre d'asseoir sa croissance, estime le président-directeur général du producteur québécois de cannabis, Sébastien St-Louis.

En plus d'avoir obtenu l'autorisation pour sortir de la Bourse de croissance TSXV, jeudi, la société établie de Gatineau a également profité de l'occasion pour annoncer qu'elle deviendrait Hexo Corp. – adoptant ainsi le même nom que sa marque de marijuana destinée à l'usage récréatif, récemment lancée.

Cela a dopé son action, qui a pris 6,64 %, ou 33 cents, pour clôturer à 5,30 $ sur le TSXV. Cela confère au fournisseur privilégié de la Société des alcools du Québec (SAQ) une valeur boursière légèrement supérieure à 1 milliard de dollars.

Certains fonds investissent seulement lorsqu'une compagnie est cotée à la Bourse de Toronto, a expliqué M. St-Louis, au cours d'une entrevue téléphonique. Cela devrait hausser nos liquidités et faciliter notre croissance dans le marché.

Le patron et cofondateur de l'entreprise née en 2013 n'a pas caché son appétit pour des acquisitions, alors qu'une vague de consolidation déferle sur l'industrie du cannabis à usage récréatif, qui n'en est qu'à ses premiers pas.

Le mois dernier, Aurora Cannabis avait annoncé la conclusion d'une entente visant à acquérir MedReleaf dans le cadre d'une transaction tout en actions évaluée à 3,2 milliards de dollars – la plus importante acquisition à ce jour dans l'industrie canadienne.

Aussi une cible

Puisque Hydropothicaire n'a pas d'actionnaire de contrôle, M. St-Louis est bien conscient que l'entreprise pourrait constituer une proie pour d'autres acteurs de l'industrie, mais il ne s'en inquiète pas outre mesure.

Un achat se ferait avec une très généreuse prime, a-t-il affirmé. Nous sommes le plus gros joueur au Québec, nous proposons des produits uniques et nous avons la capacité de produire à des coûts très faibles.

Quant au changement de nom, M. St-Louis a expliqué que le nom Hydropothicaire était plus « complexe » par rapport à Hexo, qui, selon lui, sera plus facile à retenir pour les consommateurs. L'entreprise continuera toutefois à offrir du cannabis médicinal sous sa marque d'origine. À la Bourse de Toronto, le titre sera négocié sous le symbole « HEXO ».

Dans une note envoyée par courriel, Russell Stanley, de la firme Echelon Wealth Partners, a fixé à 6,75 $ le cours cible de l'action d'Hydropothicaire, en plus de renouveler sa recommandation d'achat spéculatif.

L'analyste a souligné que l'action se négociait à un multiple de 11,9 fois le bénéfice d'exploitation anticipé de 2019, alors que ce ratio est de 28 fois pour les trois principaux producteurs – Canopy Growth, Aurora Cannabis et Aphria – présents à la Bourse de Toronto.

Nous nous attendons à une mise à jour sur les efforts déployés par l'entreprise visant à conclure des ententes d'approvisionnement avec des détaillants ailleurs au pays, a écrit M. Russel, qui s'attend à ce qu'Hydropothicaire divulgue ses résultats du troisième trimestre la semaine prochaine.

Sébastien St-Louis, vêtu d'une tenue de protection, devant des plants de marijuana dans une serreLe président-directeur général d'Hydropothicaire, Sébastien St-Louis, le 12 octobre 2017 Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

Plus tard, mais sans conséquence

En avril dernier, l'entreprise a conclu une entente de cinq ans – accompagnée d'une année d'option – avec la SAQ afin de fournir plus de 200 000 kilos de marijuana aux succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) lorsque ce dernier pourra être consommé légalement à des fins récréatives au Canada, à compter du 17 octobre.

M. St-Louis s'attendait à ce que la légalisation survienne en septembre, mais il ne s'est pas formalisé du fait que les revenus se feront attendre quelques semaines de plus.

Nous avons environ 300 millions de dollars en banque et n'avons aucune dette, a-t-il tempéré. Nous étions prêts pour le 1er août. Nous aurons donc deux mois et demi de plus pour nous assurer que tout fonctionne rondement.

En plus d'Hydropothicaire, Canopy Growth, Aurora Cannabis, MedReleaf, Aphira et Tilray sont sur la liste des fournisseurs initiaux de la filiale de la SAQ.

Économie