•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un professeur controversé poursuit l’Université Wilfrid-Laurier

Le pavillon des sciences de l'Université Wilfrid Laurier à Waterloo.
L'Université Wilfrid-Laurier à Waterloo.(archives) Photo: Université Wilfrid Laurier
Radio-Canada

L'auteur et professeur controversé, Jordan Peterson, poursuit l'université située à Waterloo en Ontario et trois de ses employés pour diffamation en raison de remarques présumées qui auraient été faites à une chargée de cours et rendues publiques.

Le professeur de psychologie à l’Université de Toronto qui a gagné une attention internationale pour ses opinions sur la liberté d’expression et le politiquement correct demande 1,5 million de dollars de dommages et intérêts pour des commentaires allégués faits de manière fausse et malicieuse par des employés de l’Université Wilfrid-Laurier.

Les déclarations diffamatoires visaient spécifiquement à porter atteinte à son caractère personnel et professionnel en tant que professeur, auteur, conférencier et intellectuel public, allègue Jordan Peterson dans sa poursuite dont le contenu n’a pas été prouvé en cour.

La plainte allègue aussi que les professeurs, Nathan Rambukkana et Herbert Pimlott, ainsi que l’employé du bureau de l’équité de l’université, Adria Joel, ont comparé Jordan Peterson à Adolf Hitler et l’ont accusé d’être notamment un charlatan, pendant une réunion privée avec la chargée de cours, Linda Shepherd.

Cette dernière qui était une chargée de cours dans la classe de communications de Nathan Rambukkana, avait était convoquée à une réunion disciplinaire avec les défendeurs le 2 novembre 2017 après qu’elle eut montré un extrait d’une émission de TVO dans laquelle Peterson défend son opposition aux pronoms neutres, précise la poursuite de Peterson.

La plainte allègue également que l’Université Wilfrid-Laurier, est responsable par fait d’autrui de la conduite des défendeurs individuels.

Linda Shepherd a, elle aussi, porté plainte contre l’université plus tôt ce mois-ci affirmant que celle-ci avait été négligente et l’avait rendue inemployable dans le monde universitaire après l’incident. Elle avait enregistré la réunion et avait ensuite publié le fichier audio sur YouTube, où toute personne qui fait une recherche avec le nom de Jordan Peterson peut le trouver, dit le professeur dans sa requête.

Ça a un impact important sur la réputation de Peterson auprès de ceux avec lesquels il collabore, incluant d’autres universitaires, de futurs ou d'actuels étudiants, l’université où il travaille et ceux qui pourraient lire ses livres ou écouter ses conférences, précise sa plainte.

« Même si les défendeurs individuels n'ont pas personnellement diffusé [leurs commentaires sur Peterson], ils auraient pu raisonnablement anticiper qu’étant donné la nature de leur conduite et la position prise par Shepherd pendant la réunion, qu’elle informerait d’autres personnes de ce qui s’était passé », dit Peterson dans la poursuite.

Il affirme aussi que les défendeurs auraient pu raisonnablement anticiper que Shepherd enregistre la réunion, étant donné que les appareils d’enregistrements sont courants.

L'université compte se défendre

L’Université Wilfrid-Laurier dit qu’elle se battra contre les deux poursuites.

Laurier va vigoureusement se défendre contre la requête [de Peterson], dit son porte-parole, Kevin Crowley. Laurier reste engagé dans la recherche intellectuelle, la réflexion critique, l’intégrité savante, la liberté académique et la liberté d’expression tout en étant une communauté solidaire et inclusive.

Rambukkana, Pimlott et Joel n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de La Presse canadienne pour un commentaire.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Justice et faits divers