•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résolu et Unifor s'entendent, les autres scieries du Québec devraient suivre

Des planches de bois sont empilées à l'extérieur de l'usine.
Près de 4000 personnes devraient être concernées par les conditions de travail négociées dans l'entente conclue mercredi soir. Photo: Radio-Canada / Pierre Marceau
La Presse canadienne

Une entente de principe est intervenue entre Produits forestiers Résolu et les quelque 1000 travailleurs de six scieries situées à Girardville, La Dorée, Mistassini, Saint-Thomas, Maniwaki et Comtois. Ce contrat servira de base de négociation dans l'ensemble de l'industrie du sciage au Québec.

L'entente d'une durée de quatre ans a été conclue mercredi soir vers 20 h entre les représentants de l'entreprise et du syndicat Unifor.

La convention collective était arrivée à échéance le 30 avril dernier et l'accord est survenu à l'issue d'un blitz de négociations qui portait sur l'aspect monétaire et la durée du contrat de travail.

Les syndiqués se prononceront sur cet accord lors de réunions qui se dérouleront du 26 juin au 4 juillet. Le résultat du vote devrait être connu le 7 juillet.

Unifor recommande aux travailleurs d'accepter cette entente, compte tenu du contexte actuel dans l'industrie du bois d'oeuvre. Le directeur québécois du syndicat, Renaud Gagné, a dit vouloir tout mettre en oeuvre pour le succès du maintien des emplois de ce secteur, qui sont très importants en région.

M. Gagné a expliqué qu'une fois ratifiée, l'entente allait permettre de créer une stabilité. Selon lui, il sera alors plus facile d'attirer ou retenir de la main-d'oeuvre. Il a ajouté que l'on pourra aussi s'attaquer à l'approvisionnement forestier dans la perspective de mesures environnementales que le gouvernement fédéral souhaiterait imposer l'automne prochain.

Cette entente servira de modèle dans les autres scieries au Québec où Unifor détient une accréditation syndicale, dont celles du Groupe Rémabec, du Groupe Lebel et de Cedrico.

En tout, près de 4000 personnes devraient être concernées par ces conditions de travail.

Le directeur des affaires publiques de Résolu, Karl Blackburn, s'est réjoui de ce dénouement. Il estime qu'une telle entente devrait permettre d'assurer une certaine stabilité. Il espère qu'elle puisse s'étendre aux autres installations de l'entreprise où les travailleurs sont représentés par le syndicat Unifor.

Industrie forestière

Économie