•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand 20 des 26 finissants d’une école sont ensemble depuis la maternelle

Justin Normandeau et Cynthia Côté
Justin Normandeau et Cynthia Côté Photo: école Saint-Joachim de La Broquerie
Radio-Canada

À l'École Saint-Joachim, à La Broquerie au Manitoba, le personnel et les parents s'apprêtent à vivre jeudi après-midi une cérémonie de remise de diplômes dont ils se souviendront longtemps. Parmi les 26 finissants de la 12e année, 20 élèves ont cheminé ensemble dans cette école depuis la maternelle.

Qu'il s'agisse des voyages à l'extérieur du Manitoba, des randonnées à bicyclette ou des jeux qui ont rassemblé le groupe d'élèves, Cynthia Côté se souvient de tout.

« Lors de notre voyage en autocar à Ottawa, ça nous a pris 26 heures pour s'y rendre. C'était incroyable d'avoir passé tout ce temps-là ensemble », raconte la finissante de l'École Saint-Joachim, membre de ce groupe de jeunes qui est dans la même classe, année après année, depuis la maternelle.

Justin Normandeau est un autre membre de ce groupe. Lui non plus n'a pas oublié ce voyage au cours duquel il dit avoir surtout pensé aux professeurs qui les accompagnaient. « Vous imaginez, être avec un groupe d'amis qui se connaissent depuis 13 ans, dans un même autocar! Ça peut être un peu fort », s'amuse-t-il.

Ces moments agréables et surtout inoubliables leur ont permis de renforcer leurs liens.

Si vous êtes ensemble pendant 13 ans, il faut apprendre à s'aimer. C'est ce que nous avons fait.

Justin Normandeau

Cynthia Côté pense que le fait d'être ensemble pendant si longtemps a rendu tout le monde plus à l'aise en classe.

Cette cohésion les a aidés à avoir de meilleurs résultats, croit-elle. « Parce que nous nous entraidions. Personne n'hésitait à poser des questions ou à demander quelque chose à un autre membre du groupe lorsque c'était nécessaire. »

Le directeur de l'École Saint-Joachim, Luc Brémault, a vu le groupe évoluer. « Quand je suis devenu directeur, ils étaient en maternelle. C'est un groupe que je connais bien, vu les diverses activités qu'on a faites ensemble. Il s'est singularisé par sa vigueur, son animation, car ces jeunes aiment beaucoup discuter et se sont impliqués au sein de l'école », souligne-t-il.

Après le secondaire

Autre fait intéressant, ajoute Luc Brémault, la moitié du groupe va poursuivre des études postsecondaires, notamment à l'Université de Saint-Boniface.

« Ce qui est très flatteur pour l'École Saint-Joachim », indique-t-il. Pour Cynthia Côté, s'inscrire à l'USB est très important, parce qu'elle a parlé français toute sa vie et qu'elle veut que cela continue.

« Je ne veux pas perdre ma langue et ma culture. De plus, ça m'offre plus d'opportunités pour trouver un emploi après », explique-t-elle.

S'ils empruntent désormais des chemins différents, ce n'est pas pour autant la fin des relations qu'entretiennent les membres du groupe, affirment Justin Normandeau et Cynthia Côté.

La Broquerie est une petite communauté, disent-ils, et ils vont sans doute continuer à se voir, même si ce sera sur une base moins fréquente que pendant les 13 années qu'ils ont passées ensemble à l'école.

Manitoba

Éducation