•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre Bissonnette n'est pas un monstre, dit son père

Raymond Bissonnette a notamment souligné l'intimidation dont son fils a été victime.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Radio-Canada

L'intimidation subie pendant de longues années par Alexandre Bissonnette a entraîné d'importants problèmes de santé mentale qui ont pu mener au geste irréparable qu'il a commis. C'est ce qu'a déclaré Raymond Bissonnette, le père de l'auteur de l'attentat à la grande mosquée de Québec, jeudi midi.

Un texte d'Alexandre Duval

« Alexandre n’est pas un monstre », a rapidement laissé tomber M. Bissonnette, sa conjointe à ses côtés, à l'occasion de leur première présence devant les caméras. Alexandre Bissonnette a souffert de moqueries pendant toute sa jeunesse, a rappelé le père.

Pendant toutes ces années, nos interventions auprès des directions d’école, des enseignants et enseignantes n’ont rien donné.

Raymond Bissonnette, père d'Alexandre Bissonnette

« Malheureusement, la condition mentale d’Alexandre n’a pas été détectée par nous, les parents, ni par les professionnels de la santé qu’il a consultés à maintes reprises », s’est désolé le père de famille.

Déclaration de Raymond Bissonnette

Il a dit ne souhaiter cela à personne. « Cette terrible maladie n’a pas de couleur, pas de religion, pas de sexe, et il est impossible de prédire à quel moment de notre vie elle peut nous frapper. »

Tirade contre la Couronne

M. Bissonnette a également déploré l’attitude des avocats de la Couronne qui, selon lui, ont tout fait pour diaboliser son fils depuis le début des procédures. Il leur reproche de ne pas avoir pris en compte l’état psychologique de son fils.

« La Couronne a dit que tous les jeunes subissent de l’intimidation à un moment donné dans leur jeunesse et ne commettent pas de crimes pour autant. »

Je pense que cette approche banalise la souffrance réelle causée par l’intimidation et en minimise les effets néfastes.

Raymond Bissonnette, père d'Alexandre Bissonnette

À son avis, la peine de 150 ans de prison avant possibilité de libération conditionnelle que réclame la Couronne équivaut à une « peine de mort déguisée ».

« Je soupçonne fortement que l’attitude de la Couronne est le résultat d’une volonté politique et non juridique », a-t-il laissé entendre.

Raymond Bissonnette, le père d'Alexandre Bissonnette s'adresse aux médias.

Raymond Bissonnette, le père d'Alexandre Bissonnette s'adresse aux médias.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Dans un segment prononcé en anglais, M. Bissonnette a tenu à rappeler que son fils avait pris ses responsabilités en plaidant coupable, au mois de mars, aux 12 chefs d’accusation qui pesaient contre lui.

Compassion et sympathie

M. Bissonnette, qui a assisté aux audiences tous les jours au palais de justice de Québec, dit avoir écouté « l’immense tristesse exprimée par les victimes et leurs proches ». Il a tenu à réaffirmer sa compassion et sa sympathie.

J’ai réalisé à quel point cette communauté se sent isolée et incomprise. J’ai réalisé aussi qu’il n’y a absolument rien qui [...] pourrait changer les perceptions à l’égard d’Alexandre et je le comprends bien.

Raymond Bissonnette, père d'Alexandre Bissonnette

Raymond Bissonnette a fait cette déclaration au terme des plaidoiries dans le contexte des observations sur la peine de son fils de 28 ans.

Quelques minutes plus tôt, l’auteur de l’attentat à la grande mosquée de Québec avait pris la parole en salle d’audience. Il a réitéré qu’il avait honte des gestes qu’il a posés et qu’il les regrettait atrocement.

Les parents d'Alexandre Bissonnette quittent le palais de justice de Québec.

Les parents d'Alexandre Bissonnette quittent le palais de justice de Québec.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

« J’aimerais peut-être avoir une lueur d’espoir au bout du long tunnel noir dans lequel je me suis perdu le 29 janvier », a dit le jeune homme.

Le 31 janvier dernier, au surlendemain du premier anniversaire de l’attentat à la grande mosquée de Québec, les parents d’Alexandre Bissonnette avaient transmis une première déclaration publique par écrit à Radio-Canada.

Ils disaient alors « vivre un véritable cauchemar » et avoir l’impression d’avoir eux aussi « perdu un fils ». Raymond Bissonnette et Manon Marchand confiaient aussi vivre dans la peur et la peine depuis le 29 janvier 2017.

Québec

Justice et faits divers