•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment la légalisation du cannabis fonctionnera-t-elle en Atlantique?

Le gouvernement fédéral et le Sénat se sont enfin entendus sur une version du projet de loi légalisant le cannabis récréatif.

Photo : La Presse canadienne / Elizabeth Earl/Peninsula Clarion via AP

Radio-Canada

Le cannabis consommé à des fins récréatives sera légal au Canada à compter du 17 octobre, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau. Voici un rappel des façons dont cette industrie fonctionnera dans les quatre provinces de l'Atlantique.

1. La production

La première étape est de faire pousser cette plante. Sept entreprises produisent déjà du cannabis médicinal dans d’immenses serres intérieures situées dans les Maritimes.

Les producteurs de cannabis dans les provinces de l'AtlantiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les producteurs de cannabis dans les provinces de l'Atlantique.

Photo : Radio-Canada

Terre-Neuve-et-Labrador est la seule province au Canada sans producteur approuvé sur son territoire, mais elle devrait en compter un dans la région de Saint-Jean en 2019.

2. Les fournisseurs

Plusieurs de ces entreprises ont un contrat afin d’approvisionner les magasins provinciaux.

  • Au Nouveau-Brunswick, quatre producteurs fourniront du cannabis récréatif à Cannabis NB, dont trois sont établis dans la province et une en Ontario. Au total, on prévoit la fourniture de 15 000 kg de cannabis par année.
  • En Nouvelle-Écosse, 12 fournisseurs potentiels se sont manifestés pour approvisionner la société provinciale des alcools, mais ils n’ont pas encore reçu l’assentiment du gouvernement fédéral. On estime toutefois le potentiel à 50 000 kg de cannabis par année.
  • À l’Île-du-Prince-Édouard, trois producteurs approvisionneront les magasins de la société Cannabis IPE : un fournisseur local, un du Nouveau-Brunswick et un de l’Ontario, pour un total estimé à 3000 kg par année.
  • Enfin, à Terre-Neuve-et-Labrador, l'entreprise Canopy Growth fournira 8000 kg de cannabis à la société provinciale des alcools.

3. La vente

La distribution et la vente de cannabis seront faites par l'entremise des sociétés des alcools de chaque province, et ce, selon différents modèles.

Au Nouveau-Brunswick, 20 magasins au sein de 15 communautés devraient être prêts à vendre du cannabis d’ici l’automne. Les magasins de Cannabis NB seront séparés de ceux d’Alcool NB.

Une carte affiche les points de vente de cannabis au Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les points de vente de cannabis au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, le cannabis récréatif sera offert dans 12 points de vente. La plupart de ces derniers se trouveront dans des magasins existants de la société des alcools.

Une carte affiche les points de vente de cannabis en Nouvelle-Écosse  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les points de vente de cannabis en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

À l’Île-du-Prince-Édouard, il y aura quatre magasins. Ils seront séparés des points de vente d’alcool.

Une carte affiche les points de vente de cannabis à l'Île-du-Prince-Édouard. 

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les points de vente de cannabis à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada

Il en ira de même à Terre-Neuve-et-Labrador. Les quatre magasins seront tous dans la région de la capitale, Saint-Jean.

Une carte affiche les points de vente de cannabis à Terre-Neuve. 

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les points de vente de cannabis à Terre-Neuve seront tous dans la région de la capitale.

Photo : Radio-Canada

4. L’accès

Tout comme pour l’alcool, il y aura un âge minimal légal pour acheter et consommer du cannabis récréatif. Dans toutes les provinces de l’Atlantique, cet âge sera de 19 ans.

5. Les profits

Enfin, les provinces espèrent que la vente de cannabis récréatif générera des profits.

Pour 2018-2019, on prévoit des profits de 7,2 millions de dollars pour le Nouveau-Brunswick, de 12 millions de dollars pour la Nouvelle-Écosse et de 5,8 millions de dollars pour Terre-Neuve-et-Labrador.

Une carte affiche les revenus potentiels générés par le cannabis selon les provinces. 
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Voici les revenus que comptaient récolter les provinces en 2018-2019, selon un scénario où le cannabis aurait été légalisé en juillet.

Photo : Radio-Canada

Aucune estimation des profits espérés à l’Île-du-Prince-Édouard n'est disponible pour le moment.

Cependant, une fois les dépenses soustraites, les marges de profits seront somme toute assez minimes, ont déjà indiqué les provinces.

Avec les informations de Nicolas Steinbach

Nouveau-Brunswick

Commerce