•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le beau trip des parents, le bad trip des enfants : récit d’une tragédie peace and love

Photo en noir et blanc où on voit des enfants nus et des hippies en plein air.
Extrait de la revue « Mainmise » Photo: Revue Mainmise

En juin 1975, des hippies, décidés à réinventer l'amour et la famille, célèbrent la Saint-Jean dans une commune des Laurentides. Et rien n'interrompra leur fête, pas même la mort de deux enfants.

Un reportage d’Émilie Dubreuil

Il est 11 h 11, un dimanche matin. Sur le terrain de la commune de Cadet-Roussel, à Morin-Heights, Nouane, 2 ans et demi, est retrouvée inerte dans une piscine désaffectée.

La fête, pourtant, continue.

Les archives d’Environnement Canada le confirment : il faisait très beau, cette journée-là. Le mercure est même monté jusqu’à 30 degrés Celsius. Les photos d’archives montrent plein de hippies qui lézardent nus au soleil, heureux.

Le dessin d'un visage sur lequel on peut lire : « Venez fêter le solstice de l'utopie, du 21 au 24 juin 1975 à la commune Cadet-Roussel ».Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

Douze heures plus tard, Elsa, 3 ans, est brûlée vive dans une tente où on l’avait laissée avec une chandelle allumée.

Elle est transportée d’urgence en ambulance à l’hôpital. Son décès est constaté quelques heures après.

Et la fête, elle, continue.

On danse autour du feu, on fait de la musique, on communie avec la magie.

Un texte qui raconte qu'une fillette est morte brûlée vive dans sa tente.Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

« Il fallait qu’ils en fument du bon en crisse… »

« Pour moi, cette fin de semaine-là, c’est le paroxysme de toute l’incohérence et de l’immaturité de nos parents dans ces années d’expérimentations. C’était hystérique. Les adultes étaient comme absents du réel », se souvient Sophie Lebigot, qui avait 8 ans à l’époque.

Quarante-trois ans après les faits, ce drame – qui semble surréaliste aujourd’hui – lui apparaît comme la conséquence tragique, mais logique de cette époque.

« Quand je regarde ça, que deux enfants soient morts en une seule journée, ça ne m’étonne même pas. Et ils ont continué de faire le party après la mort des deux enfants. Il fallait qu’ils en fument du bon en crisse… », dit-elle.

Le texte publié au sujet du drame dans la revue Mainmise, peu après les faits, rend bien compte de l’état d’esprit qui régnait à l’époque dans les cercles de la contre-culture :

« Horus, l’enfant-soleil nouveau-né, sera porté à bout de bras à la face de la lune; la tribu reconnaîtra cette même magie qui enleva la vie à deux de nos enfants et qui nous la redonne si généreusement dans ce baptême par "l'eau" autour de ce grand "feu" de la St-Jean; la musique atteindra son sommet d’unité. »

Un texte raconte le baptême d'un nouveau-né par l'eau autour d'un grand feu de la Saint-Jean.Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

Entre 1970 et 1978, Mainmise est une publication phare dans les milieux alternatifs et se définit elle-même comme « l’organe québécois du rock international, de la pensée magique et du gai savoir ». On y relate la vie dans les communes, qui se multiplient alors au Québec.

« Les consciences en mutation » au solstice de l’Utopie

Cela faisait deux ans que la commune existait. On l’avait nommée Cadet-Roussel, pour la simple raison que sur le terrain, on y trouvait trois maisons, comme dans la chanson du même nom.

Le dessin de trois maisons à la campagne, et l'inscription : « La commune Cadet-Roussel ».Agrandir l’imageExtrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

La nudité faisait partie des codes de la commune, ou « commoune », comme le prononce dans un français cassé le chef de la police de Morin-Heights de l’époque, Ernie Wood, qui, malgré son grand âge, s’en souvient bien.

« Ils étaient toujours tout nus. Ils prenaient leur douche dehors », dit-il spontanément, évoquant son souvenir des jeunes gens qui y avait fondé la maison de « tout le monde ».

La commune était fréquentée par beaucoup d’intellectuels de l’époque – poètes, cinéastes, journalistes, gens de théâtre, etc. – désireux de réinventer ni plus ni moins que le monde, l'amour, la famille et la sexualité.

« Cadet-Roussel, ça s’est terminé en film d’horreur, mais au départ, c’était la comédie romantique du retour à la terre » , explique Jean-Philippe Warren, sociologue à l'Université Concordia et spécialiste de la contre-culture.

Un texte sur la sexualité dans la commune.Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

C’était la commune la plus connue, la plus importante au Québec dans les années 70; le vaisseau amiral de cette forme de vie où l’on s’imaginait construire la société de demain.

Jean-Philippe Warren, sociologue à l'Université Concordia et spécialiste de la contre-culture

Le numéro de Mainmise publié quelques semaines avant le drame invitait « Les consciences en mutation » au solstice de l’Utopie, du 21 au 24 juin 1975, sortie 38 de l’autoroute du Nord.

Plus de 500 personnes s’y sont rendues.

Cette fin de semaine-là, Sophie Lebigot a donc 8 ans, et elle passe la journée avec le fils d’une grande amie de sa mère, Geoffroy, qui a alors 5 ans. Les deux femmes sont des « trippeuses ». Elles se retrouvent donc tout naturellement dans ce grand « pow-wow » à la Mecque du peace and love québécois.

Un texte de la commune indique que près de 500 personnes sont venues au solstice de l'utopie, du 21 au 24 juin 1975 à Morin Heights.Extrait de « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

Sophie et Geoffroy (ce dernier préfère taire son nom de famille) sont toujours amis. Leur enfance, marquée par les dérapages du mouvement hippie, les lie à jamais.

Sophie soupire : « Je me souviens qu’on a été réveillés dans la nuit par des hurlements. Ça avait été une journée étrange, parce qu’après la mort de Nouane, des adultes ont fait des incantations pour la ramener à la vie. C’était très intense. »

« Ce qui m’a traumatisé, explique Geoffroy, c’est que nous avions joué avec Elsa toute la journée et qu’elle voulait rester avec nous parce qu'on ne s'occupait pas d'elle. Il y avait pas mal de drogue qui se prenait là. »

Le regard des deux amis se pose sur l’encadré imprimé en marge du récit de la revue Mainmise. C’est une carte du ciel des deux enfants qui explique, en l’essence, que c’est une conjoncture astrale qui a causé la mort de Nouane et d'Elsa.

Un dessin de l'alignement des planètes le 22 juin 1975 à 11 h.Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

« C’est donc un Saturne affligé qui marque cet événement, violemment soutenu par Mars et Jupiter, pour inciter un changement de nos attitudes indécises et fluctuantes. »

Le texte, signé par un mystérieux Siddanth Prakash, sidère les deux enfants devenus adultes, pas moins qu’un long poème que l’on trouve à la page suivante et qui suggère que la mort des deux enfants est une sorte de sacrifice au projet de la commune.

« En pleine lune du solstice du 22, Sacrifice, fondation ce qui est fait sacré et maintenant, le territoire de Cadet-Roussel ouvert, avec le projet de construire la maison à Toulmonde. »

Extrait de la revue « Mainmise »Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

Ce poème est signé par Merlin, qui est en fait Paul Chamberland, un poète qui deviendra par la suite professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et dont l’oeuvre sera couronnée par plusieurs prix prestigieux.

« C’est incroyable, s’exclame Sophie. C’est tellement typique de ces années-là. C’est la faute de Saturne. Pas la leur, pas leur responsabilité. Et regarde ensuite ce qu’il raconte : c’est complètement fou. »

Joint au téléphone, l’auteur Paul Chamberland n’était pas chaud à l’idée d’évoquer ses souvenirs. « Je n’ai pas envie de parler de cela, nous a-t-il dit. Avec le recul, admet-il toutefois, je crois que nous étions traumatisés, et ce que j’ai écrit était inapproprié; inacceptable, même. J’aurais dû me taire. »

On va arrêter de rire et de se dire : « C’était donc cool! »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Geoffroy n’est pas tendre vis-à-vis des adultes présents à cette fête.

« Je vais te résumer cela ben simplement : ils étaient totalement inaptes et égoïstes. Leurs expérimentations et leur envie de refaire le monde passaient bien avant leurs enfants, notre sécurité affective et notre sécurité tout court », déplore-t-il encore.

Il vient d’entreprendre une thérapie pour guérir de certaines plaies que lui ont laissée à l’âme une enfance passée à l’ombre du « sex, drugs and rock and roll ».

Cette fin de semaine l’a marqué particulièrement.

Image tirée de la revue « Mainmise »Image tirée de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

À côté de lui, son amie Sophie Lebigot, 51 ans, renchérit : « J’ai arrêté de crâner. Avant, je jouais le jeu et quand je racontais mon enfance, tout le monde trouvait ça drôle et sympathique, mais ce n’était pas drôle : ça n’avait aucun crisse de bon sens. C’était du pur délire », s’exclame-t-elle.

Ce que j’en ai retiré, c’est beaucoup d’insécurité et de non-confiance. Ces expériences-là ont duré quelques années, et la constance là-dedans, c’est que je me suis sentie seule comme enfant devant le danger. On va arrêter de rire, de trouver ça beau et de se dire : "Ah, quelle époque! C’était donc cool! Ils étaient donc fous!"

Sophie Lebigot

Nous avons contacté d’autres enfants qui ont grandi soit à la commune de Cadet-Roussel même, soit dans le réseau des familles qui y faisaient des séjours ponctuels. L’un d’eux se souvient vaguement d’avoir atterri à l'Hôpital Sainte-Justine après qu’un membre lui eut donné un « cap » d’acide alors qu’il n’avait que 6 ans, mais il n’a pas d’autres souvenirs.

La mère de cet enfant en a ressenti beaucoup de culpabilité et a refusé de nous raconter ses souvenirs de la commune, justement parce que « ce ne sont pas de bons souvenirs ».

« C’est trop horrible, je ne veux pas revenir là-dessus », insiste-t-elle. La conclusion, ajoute-t-elle toutefois, c’est qu’« à la mort des deux enfants, ç'a été le début de la fin ».

Paix, amour et sépulture

Après la fête qui va durer toute la nuit, les parents de Nouane décident d’enterrer leur fille sur le terrain même de la commune.

Le mercredi suivant, la police vient déterrer le corps, une décision qui ne plaît pas à certains.

« La société tente d'exorciser la mort par la réglementation. Après des menaces officielles, NOUANE sera DÉTERRÉE le mercredi matin pour être réenseveli [sic] LÉGALEMENT dans une terre qui n'a pas de coeur, mais qui est administrativement AUTORISÉE à recevoir des corps », peut-on lire dans la revue Mainmise.

Extrait de la revue « Mainmise »Extrait de la revue « Mainmise » Photo : Revue Mainmise

Ce sera la seule intervention des autorités dans ce dossier. Interpellés, ni la Sûreté du Québec ni le Bureau du coroner n’ont pu nous fournir d’information à ce sujet.

Selon les témoins consultés, aucune accusation de négligence parentale n’a été déposée par la police contre les parents. Le fait divers n’a pas non plus fait les manchettes des grands journaux de l’époque.

Le souvenir de la commune a toutefois refait surface récemment. La Sûreté du Québec a ouvert, en décembre 2017, une enquête sur des abus sexuels contre des mineurs qui auraient eu lieu à la commune. L’enquête a été ouverte à la suite d’allégations récentes que la police prend très au sérieux.

« Nous avons demandé l’aide du public pour retracer des témoins et des victimes d’abus sexuels qui ont eu lieu dans une commune où se pratiquaient des activités naturistes. Il est important de comprendre que même aussi longtemps après, on peut traduire des gens qui auraient commis des actes criminels à l’endroit de mineurs devant la justice », résume le lieutenant Hugo Fournier, de la Sûreté du Québec.

Société