•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors, La chute de l'empire américain, qu'est-ce que ça vaut?

Critique de La chute de l'empire américain

CRITIQUE – Les acteurs sont au rendez-vous, mais le scénario l'est beaucoup moins. Le journaliste de Radio-Canada Louis-Philippe Ouimet est sorti quelque peu ambivalent de la projection presse du nouveau film de Denys Arcand, La chute de l'empire américain.

Le titre est trompeur : le dernier film de Denys Arcand n’a rien à voir avec Le déclin de l’empire américain (1986) ou sa suite, Les invasions barbares (2003).

La chute de l’empire américain suit un docteur en philosophie devenu livreur de colis. En s’emparant de sacs remplis d’argent abandonnés à la suite d’un braquage, sa vie change du tout au tout, pas forcément en s'améliorant.

Pour son premier grand rôle, celui d’une escorte de luxe, Maripier Morin livre une prestation sans fausse note. Acteurs fétiches d’Arcand, Rémy Girard et Pierre Curzi se montrent solides.

Si le cinéaste filme Montréal comme personne, son scénario souffre toutefois de raccourcis, notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer l’argent et le pouvoir.

Cinéma

Arts