•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : une lutte qui doit être menée sur plusieurs fronts

Des comprimés de fentanyl, un puissant analgésique
Des comprimés de fentanyl, un puissant analgésique Photo: La Presse canadienne / Graeme Roy

Le Conseil de santé de Toronto approuve à l'unanimité les recommandations du plan d'action pour la lutte contre les surdoses d'opioïdes. La Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de la métropole, en a fait la présentation dans son rapport.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Les recommandations sont un appel à l'action face au nombre croissant de mortalités liées aux surdoses à Toronto.

La médecin hygiéniste en chef de la Ville, Dre Eileen de Villa, préconise un modèle d'intervention à volets multiples incluant les quatre centres d'injection supervisée.

La Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de TorontoLa Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto Photo : Radio-Canada

Elle presse le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de prolonger la période d'autorisation des cinq centres de prévention des surdoses de 6 à 12 mois.

Les consommateurs de drogue comptent sur ces deux types d'établissements pour leur survie. L'an dernier, 303 personnes sont mortes d'une surdose selon les données du Bureau du coroner en chef de l'Ontario, une augmentation de 63 % par rapport à 2016.

Des mesures d'urgence sont nécessaires pour faire face à cette crise.

Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

De plus, la Dre de Villa demande au nouveau gouvernement conservateur d'appuyer la mise en oeuvre de traitements contrôlés aux opiacés dans la province pour aider les toxicomanes qui ne réagissent pas aux traitements de méthadone.

Une lutte difficile s'annonce

Le premier ministre désigné de l'Ontario, Doug Ford, s'oppose au financement des centres d'injection supervisée.

Il compte plutôt mettre l'accent sur la désintoxication des consommateurs de drogue par l'entremise de programmes de santé mentale, de traitement des dépendances et d'appui au logement dans lesquels il propose d'investir 1,9 milliard de dollars.

Le portrait d'un homme derrière un lutrinDoug Ford s'oppose aux centres d'injection supervisée parce qu'il croit qu'ils encouragent la consommation de drogue Photo : Radio-Canada

Peter Leslie est le cofondateur d'un organisme pour la réduction des méfaits, Toronto Harm Reduction Alliance. Il est aussi un toxicomane qui fait du bénévolat aux centres d'injection supervisée.

Il aura les mains tachées de sang s'il persiste dans sa décision.

Peter Leslie, toxicomane et bénévole au centre Moss Park

Le gouvernement fédéral est un partenaire important qui préfère des interventions sur divers fronts dans la lutte contre les opioïdes. Il subventionne aussi différents programmes.

Reste à voir si le premier ministre désigné, Doug Ford, changera d'avis ou restera campé sur sa décision au cours des prochains mois.

Drogues et stupéfiants

Société