•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deuxième journée d'interdiction de baignade de l’année à la plage Parlee

Des baigneurs sur la plage en été
L'eau de la plage Parlee montre pour la première fois de l'année des signes de contamination fécale (archives). Photo: Radio-Canada
CBC

Les autorités ont interdit la baignade à la plage Parlee, à Shediac, au Nouveau-Brunswick, lundi et mardi. La cause : le taux élevé de bactéries. Lundi, elles rencontraient les représentants du programme Pavillon Bleu, une certification environnementale mondiale qui atteste qu'une plage ou un port a une eau de baignade de qualité supérieure.

L’Aboiteau à Cap-Pelé est devenue la première plage d'eau salée au Canada à recevoir un Pavillon Bleu dimanche dernier. C’est pourquoi le gouvernement a profité du passage des représentants de l’organisme dans la province pour leur demander comment la province pourrait s’y prendre afin que la plage Parlee, un parc provincial, puisse recevoir cette certification.

Le député de Shediac-Cap-Pelé, Victor Boudreau, qui était sur place dimanche pour la levée du Pavillon Bleu, a déclaré qu’il s’agissait aussi d’un outil de marketing important pour la province.

Or, la plage Parlee a eu bien mauvaise presse l’été dernier justement à cause de la mauvaise qualité occasionnelle de l'eau. Elle a été fermée à plusieurs reprises durant la haute saison touristique.

Cependant, la province n’a pas corrigé la source du problème de contamination de l’eau, selon Chuck Steeves, président du District des services locaux de Pointe-du-Chêne.

Il ajoute que la province a plutôt mis ses efforts sur l’augmentation du tourisme dans la région.

Ils ont passé plus de temps à parler de stratégie touristique avec le maire de Shediac, alors que c’est moi qui m'occupe du district où est située la plage.

Chuck Steeves, président du District des services locaux de Pointe-du-Chêne

Une étude du groupe Crandall Engineering sur le traitement des eaux usées au parc provincial de la plage Parlee a pourtant révélé des problèmes avec 44 tuyaux, notamment des fuites sous le sable de la plage.

L’étude a seulement été rendue publique le mois dernier, mais la province y avait accès depuis juin dernier.

Un problème pressant

Chuck Steeves se demande pourquoi rien n’a été fait avant.

On savait en août dernier qu’il y avait un problème et qu’il fallait faire quelque chose, dit-il.

Chuck SteevesChuck Steeves, président du District des services locaux de Pointe-du-Chêne. Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas juste malodorant, c’est dégueulasse.

Chuck Steeves, président du District des services locaux de Pointe-du-Chêne

Il se demande pourquoi ce n’est pas une priorité. C’est la destination touristique principale au Nouveau-Brunswick. Ça n'a pas de sens, lance-t-il.

Bien que la mauvaise qualité de l'eau soit aussi un problème pour les commerçants et les habitants, ce sont surtout les touristes qui l’inquiètent.

S’ils ne peuvent pas se baigner, ils ne viendront pas à la plage, commente-t-il.

Pointe-du-Chêne compte 800 résidents permanents, mais plus de 3500 en tout durant l'été.

La qualité de l’eau est excellente, selon le ministre

Malgré tout, le ministre de la Santé, Benoît Bourque, a déclaré en entrevue à CBC que la qualité de l’eau était excellente et que le taux de bactéries dans l’eau ne comportait pas de risque pour la santé.

Nous reconnaissons qu’il y a quelques problèmes, mais nous analysons la situation et nous travaillons là-dessus, a-t-il souligné.

Benoît Bourque, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick.Benoît Bourque, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada

Les gens peuvent aller se baigner sans problème, l’eau est de bonne qualité.

Benoît Bourque, ministre de la Santé

Récemment, la province a changé certains tuyaux à la plage Parlee, mais a déclaré que c’était parce qu’ils étaient vieux et que ce n'était pas relié à la qualité de l’eau.

Le ministre a mentionné que les tuyaux ne portaient pas de traces de contamination, tel que mentionné dans une autre étude menée par Stantec l’été dernier.

Toutefois, l’étude de Stantec ne visait pas à faire ce genre de conclusion.

Des travaux visant à remplacer l’entièreté du système de traitement des eaux usées, estimé à 1,5 million de dollars, ont été entrepris plus tôt cette année, mais ils ne seront pas complétés avant la saison 2019.

Un Pavillon Bleu en 2019?

Les représentants de Pavillon Bleu ont confirmé qu’ils avaient rencontré le gouvernement, lundi, mais ils ont affirmé que la plage n'était pas dans la liste des candidats pour le moment.

Elle pourrait l’être dès l’année prochaine, si 80 % des échantillons d’eau prélevés cette année répondent aux normes de salubrité.

La plage Parlee a affiché sa première interdiction de baignade lundi. Elle affichait un taux de bactéries de 1850 unités par 100 ml d’eau, c’est-à-dire, près de 30 fois supérieur à la limite permise.

Avec les informations de Gabrielle Fahmy

Nouveau-Brunswick

Environnement