•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec donne un coup de pouce pour contrer le manque de places en garderie aux Îles

Des enfants, par terre écoutent une histoire

Des enfants écoutent une enseignante dans un centre de la petite enfance.

Photo : iStock

Radio-Canada

Québec annonce la création d'une dizaine de places pour des poupons de moins de 18 mois aux Îles-de-la-Madeleine ainsi que la mise en place d'un projet-pilote de dépannage.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Maude Rivard

Les 10 nouvelles places seront au CPE La Ramée et font partie de 36 places que Québec avait déjà accepté de financer. Le développement des nouvelles places sera entièrement payé par Québec.

Selon une enquête réalisée par la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine en décembre 2017, il manquait alors plus d'une centaine de places en garderie pour répondre aux besoins des familles. Vingt-deux familles indiquaient avoir des besoins immédiats pour un enfant de moins de 18 mois.

Le gouvernement mettra aussi en place un projet pilote de dépannage pour les responsables des services de garde en milieu familial.

Le projet permettra de répondre aux fermetures temporaires et imprévisibles des services de garde. Ce type de fermeture survient parfois lorsqu’une grippe ou une gastroentérite se déclare dans la garderie. Cela donne bien des soucis et maux de tête aux parents qui ne peuvent pas toujours prendre congé pour s’occuper de leur progéniture.

Un service de garde, qui sera sélectionné à la suite d'un appel de candidatures, pourra conserver et réserver des places pour des enfants qui se retrouvent momentanément sans garderie.

L’agent en développement social, François Miousse, explique que ce type de projet est une première au Québec. Les Madelinots seront mandatés pour l’expérimenter et l’évaluer.

L’annonce de Québec est, pour l’agent en développement social, un pas dans la bonne direction pour aider les familles. Il reste, toutefois, selon lui, encore des besoins à combler dans l’archipel.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Société