•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un inventeur de la Péninsule acadienne veut améliorer la sécurité en voilier

L'inventeur Vincent Thériault n'a jamais cessé de réfléchir à des moyens de sauver des vies en mer.
L'inventeur Vincent Thériault n'a jamais cessé de réfléchir à des moyens de sauver des vies en mer. Photo: Gracieuseté

Vincent Thériault a déjà été perçu comme un drôle d'oiseau par une partie de la population, mais plus maintenant : il a contribué à sauver des vies en mer.

Un texte de René Landry

Il en a coulé de l'eau sous les ponts depuis que l'inventeur invitait la population et les journalistes à un lancement sur les caps de Pokeshaw, au début des années 1980. Il mettait ainsi à l'épreuve sa rampe pour faire glisser jusque dans la mer une sorte de capsule en forme d'oeuf appelée Esperanto.

La suite de l'histoire est connue. L'Ovatek, qui est construit chez Friolet Services Maritimes, à Bas-Caraquet, a déjà contribué à sauver la vie de pêcheurs, qui se sont enfermés dans la capsule de sauvetage pendant une tempête.

Vincent Thériault, qui est originaire d'Anse-Bleue, dans la Péninsule acadienne, vit depuis une dizaine d'années sur l'île de Saltspring, en Colombie-Britannique. Il veut maintenant améliorer la sécurité des amateurs de voile.

De nombreux bateaux de pêche sont aujourd'hui équipés de l'Ovatek, un radeau de sauvetage en forme d'oeuf.De nombreux bateaux de pêche sont aujourd'hui équipés de l'Ovatek, un radeau de sauvetage en forme d'oeuf. Photo : Radio-Canada

L'idée, c'est de faire descendre une partie du mât sous l'eau pour le transformer en stabilisateur. Le mât, sur un voilier en pleine tempête, c'est la partie la plus dangereuse. Là, le mât deviendrait la partie du voilier la plus sécuritaire. Ça va empêcher le bateau de trop tanguer.

Des plaisanciers sur l'eau à Gaspé.Des plaisanciers sur l'eau à Gaspé. Photo : Radio-Canada

Ce que propose Vincent Thériault semble en fait très simple. Le mât tient en place grâce à un mécanisme et, quand le mauvais temps devient extrême, tu déclenches le mécanisme et le mât descend sous l'eau, explique-t-il. Si c'est un mât de 40 pieds, bien il descend à 20 pieds sous l'eau, par exemple. Il y a cinq ou six ans, il y a un monsieur de l'Alberta et son fils qui ont failli mourir dans l'océan Pacifique, dans une tempête. Justement, le mât avait cassé. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à penser à ça.

Avec le concept avancé par Vincent Thériault, le mât d'un voilier se transforme en stabilisateur en cas de tempêteAvec le concept avancé par Vincent Thériault, le mât d'un voilier se transforme en stabilisateur en cas de tempête Photo : Gracieuseté

Il raconte qu'il a présenté son idée à des marins d'expérience. Ils m'ont dit que c'était une idée incroyable et que ç'allait marcher, assure-t-il. J'ai aussi réalisé qu'il fallait que je grouille avec cette idée-là.

Vincent Thériault réalise que, souvent, ce sont les idées les plus simples qui sont les meilleures. Mais on dirait que la simplicité, c'est mal vu dans le monde moderne, conclut-il. Les gens aiment parfois les choses compliquées, conclut-il.

Nouveau-Brunswick

Société