•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion des berges : le maire de Pointe-aux-Outardes veut rencontrer le ministre Coiteux

Les berges du fleuve Saint-Laurent

Les travaux visent la protection de la route et de 35 terrains.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

La municipalité de Pointe-aux-Outardes a annoncé lundi qu'elle n'avait pas les moyens de payer la construction de six nouveaux épis rocheux pour protéger les berges de l'érosion. Le maire Serge Deschênes sollicite une rencontre avec le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Un texte d'Émile Duchesne

Le ministère de la Sécurité publique demande à la Municipalité de payer le quart des frais liés à l'implantation de ses épis rocheux sur les berges et du rechargement en sable sur une partie des berges. Le projet avait été évalué à 11 millions de dollars en 2013.

Le maire de Pointe-aux-Outardes, Serge Deschênes, explique que des amoncellements rocheux perpendiculaires à la plage représentent la meilleure manière de prémunir les riverains contre l'érosion des berges. Le fait d’avoir des épis, ça amène des sédiments, ça fait en sorte de ramener des sédiments sur la plage pour assurer la pérennité de l’ouvrage.

On parlait de 11 millions de dollars en 2013. On est rendu en 2018, cinq ans plus tard, c’est sûr que les coûts n’ont pas diminué.

Serge Deschênes, maire de Pointe-aux-Outardes
Les quatre hommes posent devant la caméra.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite, le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, le représentant du comité pour des solutions à l'érosion des berges de Pointe aux Outardes, Jean-Sébastien Fournier, le maire de Pointe aux Outardes, Serge Deschênes et le député de René-Lévesque, Martin Ouellet.

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy-Martin

Le représentant du comité pour des solutions à l'érosion des berges de Pointe-aux-Outardes, Jean-Sébastien Fournier, demande à ce que le gouvernement revoie à la baisse la contribution du milieu exigée pour la réalisation du projet de construction de six épis rocheux.

Le ministère de la Sécurité publique a récemment augmenté le montant de la compensation financière pour les propriétaires qui sont admissibles à l'aide au déménagement. Les propriétaires touchés reçoivent l'équivalent de l'évaluation municipale de leurs propriétés jusqu'à concurrence de 250 000 $.

Pour, Jean-Sébastien Fournier, il ne suffit pas de dédommager financièrement les personnes touchées, car beaucoup de maisons construites sur les berges ont une valeur sentimentale pour les personnes qui les habitent.

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, et le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, étaient présents pour appuyer la municipalité et le comité de citoyens.

Avec les informations d'Olivier Roy-Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Changements climatiques