•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Non, l'humanité n'est pas en danger : quelques mythes sur les abeilles

Il s'agit d'une abeille à miel seule.

Une abeille à miel.

Photo : iStock

Jeff Yates

CHRONIQUE - Les populations d'abeilles sont en déclin partout sur la planète. Certains croient voir poindre la fin du monde. « Si l'abeille disparaît, l'humanité en a pour quatre ans. » Des visions apocalyptiques de champs en friche et d'humains mourant de faim infestent les réseaux sociaux. Mais qu'en est-il réellement? Oui, le problème doit être pris au sérieux, disent deux chercheurs spécialisés dans le domaine, mais non, notre survie en tant qu'espèce n'en dépend pas.

Avant de commencer, mettons quelque chose au clair. Personne ne dit que ce serait une bonne chose si les abeilles venaient à disparaître. Ce serait un désastre environnemental, alimentaire et économique. De plus, les pays en voie de développement seraient particulièrement touchés.

Par contre, une idée flotte depuis un certain temps dans les réseaux sociaux : l'humanité dépend des abeilles. De nombreuses publications qui circulent rapportent même des propos qu'aurait tenus Einstein à ce sujet : « Si l'abeille disparaît, l'humanité en a pour quatre ans. »

En fait, Einstein n'a jamais prononcé ces mots (Nouvelle fenêtre). De plus, l'idée elle-même de la citation est erronée. Même si les abeilles disparaissaient complètement (ce qui n'est pas près d'arriver, comme nous le verrons), l'humanité réussirait à s'en sortir.

Une idée « assez farfelue »

Sheila Colla est professeure d'études environnementales à l'Université York, en Ontario. Elle se spécialise en conservation des abeilles. Lorsque je lui demande si le déclin des abeilles mènera à la fin de l'humanité, elle rit au bout du fil. « Ah non, encore cette fausse citation d'Einstein! », se désole-t-elle.

La chercheuse explique que les deux tiers des plantes que nous mangeons sont pollinisés par le vent et ne dépendent aucunement des abeilles pour se reproduire. C'est le cas de plantes importantes, tels le maïs, le blé et le riz. Ces plantes ne seraient donc pas directement affectées par un déclin des abeilles. De plus, les abeilles ne sont pas les seuls insectes pollinisateurs. Les scarabées, les fourmis, les papillons et les hétérocères (papillons de nuit) jouent aussi ce rôle.

« Je ne dis pas que nous n'avons pas besoin des pollinisateurs, parce qu'ils sont cruciaux pour certains aliments comme les bleuets et les pommes. Ce sont des aliments qui contiennent beaucoup de vitamines et de minéraux. Mais l'idée que nous allons tous mourir de faim parce que les abeilles sont en déclin est assez farfelue. »

Qu'arriverait-il si les abeilles disparaissaient?

J'ai parlé à Marcelo Aizen, professeur titulaire à l'École d'écologie de l'Université nationale de Comahue, en Argentine. Il étudie l'interaction entre les plantes et les pollinisateurs. Il a chapeauté une étude qui s'est penchée précisément sur ce scénario catastrophe. En fait, le scénario étudié est pire, puisqu'on se penche sur la disparition de tous les pollinisateurs et non seulement les abeilles. Elle a été publiée dans le journal scientifique Annals of Botany (Nouvelle fenêtre).

« Peu de plantes dépendent totalement des pollinisateurs, explique M. Aizen. Ces plantes seraient affectées, bien sûr, mais nous aurions quand même de la nourriture. »

Ses conclusions? En l'absence de pollinisateurs, les rendements agricoles mondiaux diminueraient d'entre 3 % à 8 %.

Ce pourcentage peut sembler minime, mais il faut rappeler que la population mondiale augmente. Selon l'étude, une telle situation forcerait sans doute l'humanité à devoir compenser en consacrant beaucoup plus de terres à l'agriculture, ce qui serait un désastre écologique.

La baisse de rendement toucherait aussi plus fortement les pays en voie de développement. Les auteurs de l'étude estiment que la superficie de nouvelles terres agricoles nécessaires pour compenser la disparition des pollinisateurs serait six fois plus grande dans ces pays que dans les pays développés.

C'est donc loin d'une situation souhaitable. Mais à savoir si l'humanité disparaitrait, la réponse est non. La conservation des abeilles est un problème environnemental plus qu'un problème de survie, selon Mme Colla.

Les abeilles sont-elles vraiment en déclin?

C'est là que ça se complique un peu. De nombreux apiculteurs constatent des taux élevés de morts d'abeilles depuis quelques années. Radio-Canada rapportait d'ailleurs il y a deux semaines que la moitié des abeilles du Canada seraient mortes ce printemps, une situation qui inquiète. Avec raison.

Or, pour Mme Colla, la situation n'est pas aussi critique qu'elle pourrait en avoir l'air. De lourdes pertes sont constatées chez les abeilles à miel, qui sont élevées en ruches et qui servent entre autres à aider à la pollinisation agricole. Mais ces abeilles ne sont pas en danger de disparaître. Contrairement aux populations sauvages, les abeilles à miel sont élevées par des humains. Elles ont plus en commun avec le bétail qu'avec ces premières, illustre Mme Colla.

« C'est plus une question de gestion de bétail. Il y a beaucoup d'abeilles d'élevage qui meurent, mais on peut toujours en commander d'autres. Ça, ça ne change pas, en fait, c'est devenu plutôt stable », relate-t-elle.

Des expressions comme "à risque d'extinction", "en voie de disparition" ou "populations mourantes" ne s'appliquent pas au bétail. Les abeilles à miel sont du bétail; elles n'ont pas de populations sauvages.

Sheila Colla

En ce qui a trait aux populations sauvages, c'est exactement ce que la chercheuse surveille. Selon elle, des 42 espèces de bourdons au Canada (contrairement au mythe, les bourdons ne sont pas des abeilles mâles), seulement un quart sont à risque d'extinction.

« Certaines espèces sont en déclin et nous devons savoir pourquoi pour conserver notre biodiversité, mais à savoir que toutes les abeilles sont en déclin, ce n'est tout simplement pas le cas. » M. Aizen renchérit. « Il y a plusieurs mythes à ce sujet. En fait, la situation n'est pas si dramatique que cela », assure-t-il.

Alors pourquoi entendons-nous toujours dire que les abeilles sont en décroissance partout? Probablement parce qu'il est beaucoup plus facile de mesurer les populations d'abeilles à miel, puisqu'elles sont élevées par des apiculteurs, pense Mme Colla. De plus, ces derniers ont raison de tirer la sonnette d'alarme, puisque ces abeilles sont leur gagne-pain.

Par contre, les abeilles à miel ne sont pas natives au Canada. Lorsqu'on regarde les quelque 800 espèces d'abeilles indigènes, la diminution est moins importante.

« On donne généralement seulement de l'information partielle. Si on croit qu'il existe seulement quelques espèces d'abeilles et qu'elles sont en déclin, il est facile de sauter aux conclusions et penser qu'il va y avoir une catastrophe. Mais si on nous apprenait qu'il existe plusieurs centaines d'espèces, en plus des autres pollinisateurs, le message serait peut-être moins alarmiste », croit Mme Colla.

Elle illustre que la plupart des Canadiens croient que les abeilles sont noires et jaunes, qu'elles font du miel, qu'elles piquent et qu'elles vivent en ruche. En fait, aucune abeille indigène au Canada ne produit du miel. La plupart d'entre elles sont grisâtres, sont solitaires, vivent dans le sol et ne piquent pas. Selon la chercheuse, il est fort probable que vous ayez déjà vu une abeille en pensant qu'il s'agissait d'une fourmi volante.

L'abeille est grisâtre et elle marche sur un grillage.

Un spécimen d'osmia, une espèce d'abeille solitaire.

Photo : getty images/istockphoto

Le rôle des néonicotinoïdes

Un autre mythe lié à la disparition des abeilles : le fait que les pesticides de type néonicotinoïdes soient le seul responsable. Bien qu'il est indéniable que ceux-ci aient un effet néfaste sur certaines populations d'abeilles, ils ne peuvent pas expliquer à eux seuls le déclin de toutes les populations, nuance Sheila Colla. Par exemple, des populations de bourdons à tache rousse sont en baisse, même si elles habitent des zones où les néonicotinoïdes ne sont pas utilisées, illustre la professeure.

Selon elle, le déclin est probablement dû à une interaction complexe de différents facteurs, tels les maladies, les changements climatiques ou la monoculture. Marcelo Aizen fait remarquer que des facteurs purement économiques pourraient aussi être en cause.

« Parfois, tout dépend de la profitabilité de l'apiculture. Dans certains cas, il peut ne pas être profitable de traiter des ruches atteintes d'une maladie, alors on les laisse mourir, avance-t-il. Les néonicotinoïdes peuvent être une des causes du déclin observé, mais quand nous prenons une vue d'ensemble, c'est beaucoup plus compliqué. »

Les deux chercheurs sont d'accord qu'il faut déterminer ce qui nuit aux abeilles. Ces dernières sont importantes pour l'environnement et la biodiversité. Elles jouent aussi un rôle important dans notre chaîne alimentaire. Certaines activités en dépendent. Personne ne veut que les abeilles disparaissent. Mais il ne faut toutefois pas céder à la panique, avertissent-ils. Et il ne faut pas non plus se concentrer seulement sur les abeilles que nous connaissons bien, en oubliant les espèces méconnues.

« L'importance de conserver les abeilles est essentiellement pour que nos écosystèmes soient plus résilients face aux changements climatiques et aux autres facteurs de stress environnementaux. Nous devons nous assurer que nous avons assez d'abeilles pour que, si une maladie fait des ravages et élimine une espèce, il y ait encore 200 autres espèces pour prendre leur place », plaide Mme Colla.

Et voilà ce qui en est du « buzz » sur les réseaux sociaux à propos des abeilles.

Fausses nouvelles

Environnement