•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Guatemala met fin aux recherches des disparus après l’éruption du volcan de Fuego

Un homme qui fouille les décombres après l'éruption du volcan de Fuego prend une pause. Le sol est ravagé et les bâtisses en arrière-plan sont démolies.
Depuis l'éruption du volcan de Fuego, 3617 personnes sinistrées sont hébergées dans 17 centres d'accueil. Photo: AFP
Agence France-Presse

Les autorités du Guatemala ont cessé dimanche les activités de recherche de près de 200 personnes ensevelies par la violente éruption du volcan de Fuego début juin, qui a fait au moins 110 morts.

« Il a été décidé que les actions de recherche sont définitivement arrêtées dans les communautés de San Miguel Los Lotes et El Rodeo [...] Et la zone a été déclarée inhabitable », a indiqué à la presse la protection civile.

Les recherches ont été suspendues depuis vendredi après-midi en raison de mauvaises conditions météorologiques.

Le sauvetage des disparus parmi les tonnes de débris a été rendu très difficile en raison de l'activité continue du volcan et des fortes pluies qui ont touché la zone sinistrée et causé des torrents de boue.

Depuis l'éruption du volcan de Fuego le 3 juin, 110 personnes ont été tuées, 197 ont été portées disparues et 3617 personnes sinistrées sont hébergées dans 17 centres d'accueil, selon les données officielles.

La protection civile a également indiqué que dimanche le volcan a généré de 4 à 5 faibles explosions par heure, qui expulsent des colonnes de cendres grises jusqu'à 1000 mètres au-dessus du cratère du colosse de 3763 mètres de haut situé à 35 km au sud-ouest de la capitale.

Les volcans de Pacaya et de Santiaguito, également actifs au Guatemala, ont augmenté leur fureur ces derniers jours et imposent aux résidents et aux autorités le maintien de l'état d'alerte, selon un rapport de l'Institut de volcanologie.

Incidents et catastrophes naturelles

International