•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Athènes et Skopje scellent leur accord à la frontière

Le premier ministre grec Alexis Tsipras, à droite, et son homologue macédonien Zoran Zaev après avoir signé l'entente pour différencier les deux Macédoine.
Le premier ministre grec Alexis Tsipras, à droite, et son homologue macédonien Zoran Zaev. Photo: La Presse canadienne / Yorgos Karahalis
Reuters

Les ministres grec et macédonien des Affaires étrangères ont signé dimanche l'accord conclu cette semaine pour mettre fin au contentieux sur le nom de l'ancienne république yougoslave en présence de leurs premiers ministres respectifs.

Selon les termes de l'accord, l'ancienne république de la Fédération de Yougoslavie portera le nom de « République de Macédoine du Nord ».

La cérémonie était organisée dans la région de Prepès, dans le nord de la Grèce, au lendemain de l'échec d'une motion de censure qui visait Alexis Tsipras accusé par l'opposition et par une partie de l'opinion publique d'avoir fait trop de concessions.

La Grèce et la Macédoine entretiennent un contentieux depuis 1991, les Grecs estimant que les Macédoniens, en utilisant ce nom, pourraient avoir des revendications sur la province grecque homonyme.

La Grèce mettra fin à son opposition à une adhésion de cette dernière à l'Union européenne et à l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Le texte devra ensuite être ratifié par les parlements nationaux et une approbation par référendum devra être obtenue en Macédoine, ce qui n'est pas acquis.

Des centaines de manifestants nationalistes se sont d'ailleurs réunis à Skopje, la capitale macédonienne, pour protester contre l'accord entre les deux pays.

Un témoin Reuters a aperçu certains d'entre eux jeter des pierres sur des policiers en scandant « Macédoine, Macédoine, nous donnerons notre vie à la Macédoine ».

La police a utilisé des grenades assourdissantes et du gaz lacrymogène pour les disperser et certains d'entre eux ont été interpellés.

Politique internationale

International