•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dénoncer la violence faite aux hommes autochtones et honorer la mémoire des disparus

Une femme au sein d'une foule tient une pancarte demandant justice pour la mort de deux hommes.
Des familles qui ont perdu un père, un fils ou un oncle se sont rassemblées au Cercle Oodena à la Fourche à Winnipeg lors de la fête des Pères. Photo: Radio-Canada / Gilbert Rowan

Une cinquantaine de personnes ont marché dans les rues de Winnipeg et se sont rassemblées à la Fourche pour dénoncer la situation des hommes autochtones disparus et assassinés. En ce jour de la fête des Pères, c'était aussi une façon d'honorer ceux qui sont morts.

Un texte de Rémi Authier

Selon l'organisatrice, Sommer Dawn Bousquet, il est important de se pencher sur ce problème et non uniquement sur la situation des femmes autochtones pour lesquelles une enquête nationale et une enquête québécoise ont été créées. Ayant travaillé avec des femmes se trouvant en situation vulnérable, elle affirme que la violence envers les hommes a un impact direct sur les femmes et qu'il faut s'y attaquer.

Ça a beaucoup à voir avec les hommes et avec le fait qu'ils n'ont pas ce dont ils ont besoin comme de l'aide avec la dépendance aux drogues, avec l'itinérance ou avec l'emprisonnement. Ils ont de la difficulté à trouver de l'emploi et ça les pousse vers la criminalité.

Sommer Dawn Bousquet, organisatrice
Une jeune femme portant un chandail jaune dans un parc l'été.Sommer Dawn Bousquet a organisé un rassemblement pour honorer la mémoire des hommes autochtones disparus et assassinés et pour que les familles de victimes partagent leur histoire. Photo : Radio-Canada / Gilbert Rowan

Le tout a débuté avec une marche au cours de laquelle les participants ont joué du tambour et chanté des chants autochtones en brandissant des images d'hommes disparus. Plusieurs personnes ont partagé leur histoire et l'impact qu'a eu la perte d'un être cher.

Je n'ai pas d'enfant, mais je ne peux même pas imaginer ce que c'est de ne pas savoir où se trouve son enfant. Ou ce que c'est ne pas avoir de réponses à nos questions. Même s'il est décédé, comment peut-on même respirer?

Sommer Dawn Bousquet, organisatrice

Certains ont aussi critiqué le gouvernement fédéral et la durée de l'enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées. Ils ont dénoncé l'absence de résultats et de solutions aux problèmes qui touchent les hommes.

Des manifestants jouent du tambour et brandissent des affiches demandant justice pour des hommes décédés.Des hommes et des femmes autochtones ont marché dans les rues de Winnipeg pour dénoncer la violence envers les hommes. Photo : Radio-Canada / Gilbert Rowan

Le rassemblement avait comme but de rassembler ceux qui ont vécu une perte difficile, mais l'organisatrice aimerait aussi voir des actions concrètes de la part du gouvernement. Elle donne comme exemple l'implantation d'un registre des hommes autochtones disparus et assassinés ainsi qu'une augmentation des ressources disponibles pour lutter contre la dépendance et l'itinérance.

Manitoba

Nations métisses et autochtones