•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les migrants de l'Aquarius arrivés en Espagne après une semaine d'errance

Des migrants, qui errent en Méditerranée depuis une semaine à bord de l'Aquarius, chantent et célèbrent alors que le navire approche la côte espagnole. Photo: Reuters
Agence France-Presse

Les 630 migrants secourus par l'Aquarius, au centre de vives tensions sur la politique migratoire de l'Europe, arrivent dimanche dans le port espagnol de Valence, après une semaine d'errance en Méditerranée.

Après le navire des garde-côtes italiens Dattilo transportant 274 migrants et arrivé le premier un peu avant 6 h 30 (heure locale), l'Aquarius, navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), est entré à son tour dans le port vers 10 h 30 (heure locale) avec 106 migrants à bord.

Un autre navire militaire italien, l'Orione, doit arriver d'ici la mi-journée avec les 250 derniers.

La fin d'un voyage de 1500 km

Applaudissements ou danses et chants à la vue des côtes espagnoles : pour ces 450 hommes, 80 femmes, dont au moins 7 enceintes, 89 adolescents et 11 enfants de moins de 13 ans, tous rêvant d'une vie meilleure en Europe, l'arrivée à Valence marque la fin d'une odyssée de 1500 kilomètres.

Des migrants chantent.Des migrants ont chanté sur le port de Valence, après leur long périple. Photo : Reuters

Un voyage éprouvant durant lequel ils auront été le catalyseur des profondes fractures au sein de l'Union européenne (UE) sur la question migratoire, qui sera au centre du conseil européen des 28 et 29 juin.

« C'est la fin d'un voyage trop long », a déclaré David Noguera, président de MSF Espagne, en se félicitant que les migrants soient enfin « en lieu sûr ». Il a toutefois tiré la sonnette d'alarme quant au précédent « négatif » que représente la fermeture des ports italiens aux ONG de secours aux migrants.

Après un examen médical à bord qui n'a révélé pour le moment que des pathologies « mineures » comme des « brûlures », selon les autorités régionales, les premiers migrants arrivés avec le Dattilo sont descendus sur la terre ferme, où leur situation est examinée au cas par cas par les autorités espagnoles, un processus qui prendra au total de longues heures.

Les femmes enceintes et d'autres personnes nécessitant des soins ont été transférées vers des hôpitaux, selon la Croix-Rouge, tandis que de premiers migrants ont pu partir vers des hébergements provisoires.

Les premiers migrants sont arrivés au port de Valence, dimanche matin, à bord du navire italien Dattilo.Les premiers migrants sont arrivés au port de Valence, dimanche matin, à bord du navire italien Dattilo. Photo : AFP/Getty Images / PAU BARRENA

La France a proposé d'accueillir une partie des migrants, avait annoncé samedi le gouvernement espagnol. Une offre saluée par le chef de ce dernier, Pedro Sanchez, comme un signe de la « coopération » et de la « solidarité » européenne nécessaires face à la crise migratoire.

Cette offre démontre que c'est dans ce cadre de coopération que l'Europe doit donner une réponse, dans un esprit de solidarité européenne.

Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol

Élan de solidarité

Au port de Valence, où l'arrivée de l'Aquarius a déclenché un élan de solidarité, une banderole clame « Bienvenue chez vous » dans différentes langues.

« Les gens se proposent pour tout ce qui se présente : servir de traducteur, offrir un logement », explique Johnson Tamayo, artiste de 51 ans, l'un des bénévoles mobilisés par la Croix-Rouge.

Un volontaire de la Croix-Rouge installe une immense affiche où il est inscrit, dans plusieurs langues différentes, « Bienvenue chez vous ».Un volontaire de la Croix-Rouge installe une immense affiche où il est inscrit, dans plusieurs langues différentes, « Bienvenue chez vous ». Photo : Reuters / Heino Kalis

« C'est un jour historique [...] Il y aura un avant et un après », a déclaré le padre Angel, prêtre rebelle très connu en Espagne pour son travail auprès des plus démunis.

Au total, le dispositif mis en place pour cet accueil exceptionnel mobilise 2320 personnes, dont un millier de bénévoles et 470 traducteurs.

L'événement est ultramédiatisé : plus de 600 journalistes accrédités sont venus de nombreux pays pour le couvrir. Au port, la presse, qui n'aura pas accès aux migrants, est maintenue à environ 200 mètres du quai, conformément à la volonté des autorités de respecter l'intimité des migrants.

Des journalistes devant un bateau.Plus de 600 journalistes couvrent l'arrivée des migrants à Valence. Photo : Reuters / Heino Kalis

Deux circuits

Bénévole de la Croix-Rouge, Carmen Moreno, une médecin d'une trentaine d'années, est venue d'Andalousie pour l'arrivée de ces migrants sauvés au large de la Libye.

Ils sont assez heureux d'être arrivés à bon port, enthousiastes et remplis d'espoir même s'ils semblent fatigués. Mais le premier [sentiment] l'emporte sur le deuxième.

Carmen Moreno, médecin

La Dre Moreno est chargée de recevoir sur le quai les migrants afin de les accompagner sur deux circuits :

  • un « circuit vert », pour les personnes en bonne santé. Elles sont envoyées directement à un entretien avec la police pour s'identifier avant de partir en autobus vers un foyer;
  • un « circuit rouge », réservé aux enfants, aux femmes enceintes ou aux personnes nécessitant des soins. Ils sont parfois conduits à un hôpital avant de partir eux aussi vers un centre d'hébergement.
La Croix-Rouge attendait les migrants dans le port de Valence dimanche matin. La Croix-Rouge attendait les migrants dans le port de Valence dimanche matin. Photo : Getty Images / Pablo Blazquez Dominguez

« Ils arrivent sans chaussures et sans chaussettes et ils en ont besoin, car le chemin est long du bateau aux tentes [où sont réalisés les entretiens] », dit-elle. Ils ont aussi besoin d'eau, car même si le premier bateau est arrivé à l'aube, les débarquements se sont poursuivis sous un soleil de plus en plus fort.

Fatigués, eux aussi, mais satisfaits, les bénévoles savent toutefois que leur travail n'a fait que commencer dimanche. « Rien n'est fini. Les migrants vont aller dans les centres d'hébergement temporaires et on continue à travailler avec eux. Viendront ensuite l'aide sociale et les demandes d'asile », explique la Dre Moreno.

Crise européenne sur la question migratoire

Tout juste arrivé au pouvoir, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez avait offert lundi d'accueillir les migrants sauvés par l'Aquarius dans la nuit du 9 au 10 juin, au large de la Libye, et à qui l'Italie et Malte refusaient d'ouvrir leurs ports.

Un geste « humanitaire » mais aussi « politique » pour Madrid, destiné à impulser une réponse européenne commune face à la crise migratoire.

Le refus de l'Italie et de son ministre de l'Intérieur, l'homme fort du gouvernement Matteo Salvini (Ligue, extrême droite), d'accueillir l'Aquarius a en effet plongé l'Europe dans une nouvelle crise sur la question migratoire et déclenché une passe d'armes diplomatique entre la France et l'Italie.

Mais alors qu'un déjeuner vendredi entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a permis d'apaiser les tensions, Matteo Salvini a persisté et signé samedi en réitérant l'interdiction aux ONG d'accéder aux ports de la péninsule.

Avant que les migrants de l'Aquarius n'accostent en Espagne, troisième porte d'entrée par la mer dans l'UE, près d'un millier d'autres migrants sont arrivés dans le sud du pays à bord d'embarcations de fortune vendredi et samedi. Quatre sont morts.

Crises politiques

International