•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ACF appuie le Conseil scolaire fransaskois pour une nouvelle école à Prince Albert

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le Festival western de Saint-Tite a plus de 50 ans

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) donne son appui au Conseil scolaire fransaskois (CSF) qui entend déposer, en juin, un nouveau recours judiciaire contre la province pour obtenir une plus grande école à Prince Albert.

À l’unanimité, les députés communautaires de l’ACF se sont engagés à « appuyer politiquement le CSF et le Réseau associatif fransaskois, en vue d’obtenir des espaces scolaires et communautaires adéquats pour l’ensemble de la communauté fransaskoise ».

Le président de l’ACF, Roger Gauthier, affirme que cette résolution s'articule autour de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés voulant que les élèves de la minorité linguistique accèdent à une éducation équivalente à celle de la majorité.

On considère que c’est essentiel de défendre un droit constitutionnel qui est inaliénable.

Roger Gauthier, président de l'ACF

En avril 2013, le Conseil scolaire fransaskois avait déposé un recours judiciaire contre la province, afin d’obtenir des espaces supplémentaires dans les écoles fransaskoises.

Les espaces communautaires

La résolution adoptée par l’ACF ne se concentre pas uniquement sur les espaces scolaires. Elle tient aussi compte du manque de locaux communautaires qui sont souvent aménagés en salle de classe pour accompagner la croissance du nombre d’élèves.

Une réalité bien connue à Prince Albert : « La Société canadienne-française de Prince Albert (SCFPA) a libéré tous ses espaces communautaires pour accommoder l’augmentation des effectifs scolaires à l’École Valois parce qu’il n’y a plus de place », explique le président de l’organisme, Michel Dubé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !