•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marche pour la régularisation du statut de tous les migrants

Des manifestants à Montréal réclamant la régularisation du statut de tous les migrants.

Des manifestants à Montréal réclamant la régularisation du statut de tous les migrants.

Photo : Radio-Canada

Fin des expulsions, abolition des frontières, régularisation du statut de tous les migrants : telles sont les demandes brandies par plusieurs groupes de défense des droits des migrants à l'origine d'une marche tenue samedi à Montréal.

La marche, organisée sur une base annuelle depuis 2004, se tenait cette année dans un contexte tendu avec la « croissance importante de la présence de l'extrême droite dans les médias et dans l'espace public », selon la porte-parole de l'organisme Solidarité sans Frontières, Claire Abraham.

La migration n'est pas illégale, a-t-elle soutenu, dénonçant « la normalisation de l’idée d’avoir des frontières fortifiées ». Les migrants fuient l'insécurité et cherchent une vie meilleure pour se développer et vivre pleinement, explique Mme Abraham.

Selon elle, les migrants qui traversent illégalement la frontière canadienne devraient être traités de la même façon que ceux qui le font dans les règles. Une grande partie des demandes d'asile de ceux qui franchissent la frontière seront refusées en l'absence d'un programme de régularisation, a-t-elle ajouté.

Solidarité sans Frontières juge, par ailleurs, le système d'immigration aux États-Unis comme étant « injuste », puisque des milliers d'enfants sont séparés de leurs parents. Ces derniers prennent le chemin de la prison lorsqu'ils entrent illégalement en territoire américain.

« Pourtant, le gouvernement canadien continue de miser sur l'Entente sur les tiers pays sûrs pour dire que c'est un système d'immigration qui est comparable au nôtre et que les migrants qui se font retourner aux États-Unis pourront avoir un traitement juste, mais on voit que ce n'est clairement pas le cas », a-t-elle expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !