•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première station de ravitaillement en hydrogène au pays vient d’ouvrir à Vancouver

Une femme fait le plein d'une voiture.
Une femme fait le plein d'hydrogène à la station-service Shell de la rue Granville, à Vancouver. Il s'agit de la première station de ravitaillement d'hydrogène accessible au public au Canada. Photo: CBC

Une station de recharge pour véhicules à hydrogène a été inaugurée vendredi dans le sud de Vancouver. Il s'agit de la première station de ce type ouverte au public canadien.

La station-service Shell est située dans le quartier Marpole, à l'intersection de la rue Granville et de la 71e Avenue.

Les voitures à hydrogène fonctionnent avec de l’hydrogène qui, mêlé à de l’oxygène, produit l’énergie nécessaire à leur propulsion. Comme les voitures électriques, elles n’émettent aucun gaz à effet de serre.

L’hydrogène est produit à partir d’électricité ou, bien plus souvent, à partir de molécules de méthane, selon le directeur de l'institut de l'énergie Trottier et professeur de physique à l'Université de Montréal, Normand Mousseau.

« Dans ce sens là, il y a un problème, soutient-il. Quand on prend du méthane, on fait quand même des émissions de gaz à effet de serre [...], donc il y a des émissions qui sont faites en amont. »

Une alternative aux véhicules électriques

Pour le directeur général de l’hydrogène chez Shell, Oliver Bishop, les véhicules à hydrogène possèdent à la fois les avantages des voitures à essence et ceux des voitures à batterie.

« C’est comme conduire une voiture électrique, mais avec les attributs d’un véhicule à essence, décrit-il. Il n’y a pas le bruit d’un moteur à combustion, mais il ne faut que trois minutes pour faire le plein et il y a une bonne autonomie. »

Le président de Hyundai Canada, Don Romano, admet que les voitures électriques sont actuellement beaucoup plus populaires que celles qui fonctionnent à l’hydrogène, mais il affirme que les choses pourraient être amenées à changer.

« À long terme, nous croyons que l’avantage va aux véhicules à hydrogène », dit-il.

Normand Mousseau n’est pas tout à fait du même avis.

Pour les véhicules les plus légers, la batterie a fait tellement de progrès au cours des dernières années qu’elle a laissée l’hydrogène loin derrière.

Normand Mousseau, directeur de l'institut de l'énergie Trottier et professeur de physique à l'Université de Montréal

Le directeur de l'institut de l'Énergie Trottier croit cependant qu’il pourrait s’agir d’une alternative intéressante pour les camions lourds.

« Pour de gros camions [...], les batteries deviendraient trop lourdes si on veut faire du long transport, explique-t-il. L’avantage de l’hydrogène, comme pour l’essence ou le diesel, c’est que c’est facile de remplir un réservoir, donc c’est plus rapide et ça permet d’assurer du transport sur de plus longues distances. »

Plus de stations d'hydrogène d’ici 2020

Le ministère de l’Énergie de la Colombie-Britannique prévoit que huit stations de ravitaillement en hydrogène seront ouvertes dans la province d’ici 2020, incluant la station Shell inaugurée vendredi.

La construction d’une station de recharge en hydrogène à Québec a été annoncée plus tôt cette semaine. Elle devrait être terminée au printemps 2019.

Avec des informations de CBC et de l'émission Première heure

Colombie-Britannique et Yukon

Transports