•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2000 enfants séparés de leurs parents à la frontière américaine en 6 semaines

Un agent américain des services frontaliers discute avec des immigrants mexicains (adultes et enfants) qui ont traversé la frontière américaine illégalement, au Texas. Cette photo a été prise le 2 avril 2018.
Un agent américain des services frontaliers discute avec des immigrants mexicains qui ont traversé la frontière américaine illégalement, au Texas. Cette photo a été prise le 2 avril 2018. Photo: Reuters / Loren Elliott
Radio-Canada

Depuis que l'administration Trump a décrété une « tolérance zéro » et implanté une politique pour lutter contre l'immigration illégale, près de 2000 enfants ont été séparés de leurs parents arrêtés à la frontière américaine pour l'avoir franchie sans papiers, a confirmé vendredi le département de la Sécurité intérieure des États-Unis.

Entre le 19 avril et le 31 mai dernier, 1995 mineurs qui voyageaient avec 1940 adultes s'étant identifiés comme leurs parents ou gardiens ont été séparés alors que leurs parents étaient interpellés et détenus par la police dans l'attente de poursuites judiciaires.

« Nous n'allons plus ignorer la loi », a clairement dit l'administration Trump par la bouche du porte-parole du ministère américain de la Sécurité intérieure, Jonathan Hoffman, lors d'une conférence téléphonique qui a eu lieu vendredi.

« Nous affichons parmi les plus hautes normes de détention du monde pour les enfants », a-t-il ajouté pour défendre les conditions d'accueil des mineurs.

Les enfants sont ainsi séparés de leurs parents depuis que le gouvernement américain a décidé de procéder à l’arrestation de tous les demandeurs d’asile qui franchissent la frontière de manière illégale, qu'ils soient accompagnés de mineurs ou pas.

Cette mesure a été annoncée publiquement le 6 avril dernier.

Outre un service d’assistance téléphonique dont les parents peuvent se servir pour retracer leur enfant, les procédures de réunification demeurent plutôt vagues.

Hausse du nombre d'immigrants illégaux

Des familles de migrants, fuyant en majorité l'Amérique centrale et sa violence endémique, sont séparées depuis au moins octobre 2017. Plusieurs d'entre elles étaient venues demander l'asile, indique l'opposition démocrate.

Mais le rythme s'est nettement accéléré depuis le début du mois de mai.

Le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, a réitéré jeudi que les enfants ne peuvent pas être envoyés dans la prison où sont détenus leurs proches parce qu’ils ne sont pas accusés de crime, alors que leurs parents le sont.

« Nous nous trouvons en ce moment dans une situation où soit nous choisissons d'appliquer la loi, soit nous décidons de l'ignorer », a souligné un porte-parole lors de la conférence téléphonique de vendredi.

Pendant ce temps, le président américain montre du doigt l'opposition démocrate pour expliquer les blocages au Congrès concernant une réforme de l'immigration.

Donald Trump dénonce une politique appliquée notamment sous l'administration Obama voulant que les familles interpellées soient relâchées dans l'attente de leur comparution devant un juge.

Cet argument a été repris vendredi par un responsable lors de la conférence téléphonique.

« Nous espérons que le Congrès va travailler avec nous pour procéder aux changements nécessaires afin d'éviter de telles situations, où parents et enfants sont encouragés à tenter d'entrer illégalement en se mettant dans des situations dangereuses. »

Avec les informations de AFP, Associated Press, et CNN

Politique américaine

International