•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Examen des infirmières : des institutions dénoncent une violation des droits linguistiques

Une infirmière prend le pouls d'une femme.

Un nouvel examen d'entrée à la profession d'infirmière est en préparation au Canada.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université de Moncton, le Réseau de santé Vitalité, le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) et l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne dénoncent « le traitement injuste réservé aux candidates et candidats francophones du Nouveau-Brunswick qui se présentent à l'examen d'entrée de la profession infirmière.

Ces quatre institutions tiendront une conférence de presse conjointe pour annoncer et expliquer leur position lundi prochain, au Centre hospitalier universitaire Georges-L.-Dumont. Deux étudiantes et des dirigeantes et dirigeants de chacune des institutions seront présents.

Au Nouveau-Brunswick, les candidats à la profession doivent réussir l’examen NCLEX-RN, qui est utilisé aux États-Unis et au Canada, mais non au Québec. L'examen est développé aux États-Unis, mais il est révisé et traduit par des Canadiens.

Le Commissariat aux langues officielles a déterminé, en mai dernier, qu’il existe un écart considérable, entre le français et l'anglais, quant aux ressources de préparation à l’examen NCLEX-RN.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !