•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fermetures de zones de pêche sont justifiées, dit le fédéral

Homard vivant sur un casier.

Pêches et Océans et Transports Canada estiment justifiées les mesures prises pour protéger la baleine noire dans le golfe du Saint-Laurent, malgré les impacts économiques pour l'industrie des pêches.

Photo : Getty Images / rustyl3599

Radio-Canada

Le ministère des Pêches et Océans (MPO) ainsi que Transports Canada estiment que les mesures prises pour protéger la baleine noire dans le golfe du Saint-Laurent sont appropriées, malgré les impacts économiques pour l'industrie de la pêche.

Selon le MPO, les conséquences économiques seraient encore plus importantes pour les pêcheurs touchés si les fermetures de zones de pêche n'avaient pas été imposées.

Lors d'un point de presse jeudi, les fonctionnaires du gouvernement ont dit s'inspirer d'études et d'avis scientifiques américains pour justifier les fermetures de deux semaines et celles de zones qui touchent aussi les pêches menées en eau peu profonde et près des côtes, comme c'est le cas pour le homard.

Une baleine effectuant une plongéeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La baleine noire de l'Atlantique Nord est une espèce protégée en vertu des lois canadiennes et américaines.

Photo : NOAA

Même si aucune étude n'est disponible pour le golfe du Saint-Laurent, Pêches et Océans Canada explique que des évaluations menées aux États-Unis à la fin des années 90 ont démontré que des baleines noires femelles et leurs baleineaux peuvent être observés près des côtes.

[Les baleines] cherchent de la nourriture, elles vont explorer [...] Dépendamment de leur situation, des jeunes, des adultes, s'ils sont en mode exploratoire ou non, il peut y avoir bien des facteurs qui peuvent expliquer qu'on les retrouve dans des zones peu profondes.

Jean Landry, directeur du département des sciences des mammifères marins chez Pêches et Océans Canada

Les pêcheurs de homards gaspésiens et néo-brunswickois, pour leur part, estiment illogique de les empêcher de travailler, alors que les dernières baleines noires aperçues ont été observées à 10 kilomètres des côtes.

Les forts vents s'imposent

Par ailleurs, Pêches et Océans Canada reporte à dimanche les fermetures de zones de pêches situées entre Percé et Port-Daniel-Gascons pour protéger la baleine noire.

Le MPO explique ce report par les forts vents qui touchent le secteur et qui rendent non-sécuritaires les opérations de pêche pour retirer les casiers à homard.

D'après les informations de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches