•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le boulevard Gouin Est couronné « pire route du Québec » par CAA-Québec

Une voiture évite un nid de poule.
Les intempéries et le climat du Québec font la vie dure au réseau routier de la province. Photo: Getty Images / Sergejs N
Radio-Canada

Cette année c'est le boulevard Gouin Est, à Montréal, qui arrive en tête du classement des 10 pires routes au Québec, selon le palmarès établi par CAA-Québec à partir des milliers de plaintes reçues.

À lui seul, le boulevard Gouin Est a été l’objet de 12 000 plaintes au CAA en à peine un mois en raison de l’état de détérioration avancé de sa chaussée où se multiplient les nids-de-poule et les fissures.

Il faut dire que les citoyens de l’est de Montréal s’étaient donné le mot pour dénoncer publiquement l’état de ce boulevard.

Dans son communiqué, CAA-Québec a d’ailleurs souligné la mobilisation des citoyens du nord-est de Montréal qui « ont organisé une véritable campagne électorale pour faire sortir le vote ».

Même la mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, avait publiquement invité ses concitoyens à manifester leur mécontentement face à l‘état déplorable du boulevard.

En deuxième position vient la Traverse de Laval, à Lac-Beauport, dans la région de Québec, suivie du Chemin Saint-Henri à Mascouche, dans Lanaudière.

La quatrième place revient au Chemin de la Rivière-Châteauguay, à Ormstown, en Montérégie, et la cinquième à la route 389, sur la Côte-Nord.

Outre le fait d’être dans un état de détérioration préoccupant, toutes ces routes, à l’exception du Chemin Saint-Henri, ont en commun d’avoir figuré sur le palmarès des pires routes de CAA-Québec au cours des années passées.

La Traverse de Laval en est notamment à sa troisième apparition en quatre ans dans le palmarès des pires routes de la province, souligne CAA-Québec.

Par ailleurs, le fait qu’au moins neuf régions de la province soient représentées dans ce palmarès montre, selon CAA-Québec, que le problème de détérioration et le manque d’entretien des routes touche l’ensemble du Québec autant dans les régions urbaines que rurales.

Cette mobilisation prouve que les gens tiennent à un réseau routier sécuritaire. Cela nous permet de demeurer optimistes, parce qu’on sait que le palmarès Les pires routes interpelle les décideurs.

Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec

Selon CAA-Québec, l’annonce par Québec à la fin mai d’une bonification de 50 millions de dollars par an de l’aide à la voirie locale est une bonne nouvelle, mais les pouvoirs publics auront encore fort à faire pour rattraper le retard d’entretien du réseau routier de la province estimé à 15 milliards de dollars.

Qu'en est-il à Montréal?

À Montréal, outre le boulevard Gouin Est qui se classe premier partout au Québec, le boulevard Pie-IX s'illustre au deuxième rang du palmarès des trous et des fissures. La rue Notre-Dame Est, qui est l'objet de nombreuses plaintes des automobilistes et camionneurs, arrive quant à elle au troisième rang du palmarès des cinq pires routes de Montréal de CAA-Québec, suivi de la Place Chassé et du Chemin de la Côte-Saint-Luc.

Ce palmarès est établi chaque année par CAA-Québec à partir des plaintes qu'il reçoit de la part des usagers de la route.

Réseau routier

Société