•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des maires demandent la décontamination du port de Thunder Bay

Un des élévateurs à grain du port de Thunder Bay.
Le port de Thunder Bay est un secteur préoccupant en raison de la concentration de mercure dans l'eau. Photo: Radio-Canada / Caroline Bourdua
Radio-Canada

Les maires de villes riveraines du Saint-Laurent et des Grands Lacs ont demandé jeudi au gouvernement fédéral d'agir dans le dossier de la contamination au mercure dans le port de Thunder Bay.

L’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, en congrès à Ajax, dans le sud de l’Ontario, a ainsi repris une résolution de 2016, car il n’y a pas eu de progrès depuis.

Le secteur nord du port de Thunder Bay a été pollué pendant 90 ans par l’industrie des pâtes et papiers.

Un échantillon de sédiments organiques contaminé au mercure tenu par un homme portant des gants.Une épaisse couche de matière fibreuse est suspendue dans les eaux du secteur nord du port de Thunder Bay. Photo : EcoSuperior/Jaime Saunders

Les 400 000 mètres cubes de sédiments contaminés au mercure recouvrent une superficie de 22 hectares.

Nous sommes ravis de l’adoption d’une résolution concernant la contamination du port, a affirmé Keith Hobbs, le maire de Thunder Bay. J’ai hâte qu’on passe à l’action pour le nettoyage.

Une rencontre est prévue d’ici la fin du mois de juin pour discuter de la situation, selon Environnement Canada.

En 2014, le coût du nettoyage avait été estimé entre 30 et 90 millions de dollars.

Rejet du protectionnisme

Les maires, qui représentent plus de 130 villes canadiennes et américaines, ont également pris position contre les politiques isolationnistes en matière de commerce et d’environnement.

En tant que maires de la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent, nous représentons une communauté d’intérêts, vouée à la protection de nos eaux et à notre prospérité économique intégrée.

Sandra Cooper, mairesse de Collingwood, nouvelle présidente de l’Alliance

Les provinces et États de la région du Saint-Laurent et des Grands Lacs contrôlent 20 % de l’eau douce de la planète.

Les maires de la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent entretiennent cette relation transfrontalière toute spéciale, ils sont les gardiens de la flamme, a déclaré Paul Dyster, maire de Niagara Falls (NY) et président sortant de l’Initiative des villes

Pollution

Environnement