•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Marginales au secours des femmes en difficulté

Marie-Pier Deschênes, intervenante
Marie-Pier Deschênes, intervenante Photo: Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Plus de 300 femmes et leurs enfants ont reçu le soutien de l'organisme communautaire Les Marginales. L'organisme de Rouyn-Noranda créé en 2010 offre des logements aux femmes de 18 à 30 ans qui vivent des situations difficiles et les aide à reprendre leur vie en main.

Un texte de Boualem Hadjouti

Alisson Charette, 19 ans, occupe depuis quelques mois un appartement chez Les Marginales.

Un endroit où elle se sent chez-elle, dit-elle.

Alisson Charette se sent chez elle chez Les Marginales.Alisson Charette se sent chez elle chez Les Marginales. Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Après être passée par plusieurs familles d'accueil, elle a trouvé refuge auprès de l'organisme.

Aujourd'hui, elle tente de s'en sortir en faisant du bénévolat.

« J'ai jamais eu vraiment de famille, j'ai pas personne pour m'entourer, dit-elle. Il y a une intervenante ici, ça peut être bénéfique. C'est un guide, c'est comme une mère qu'on aurait normalement, mais je n'en ai pas », fait valoir Alisson Charette.

Les Marginales accueille des femmes vivant avec différentes difficultés.Les Marginales accueille des femmes vivant avec différentes difficultés. Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

L'immeuble de neuf logements des Marginales accueille actuellement quatre femmes avec enfants et cinq autres seules.

C'est une planche de salut pour plusieurs femmes qui traversent des difficultés dans leur vie, selon l'intervenante Marie-Pier Deschênes.

Les occupantes restent en moyenne six mois avant de partir.

« Quand les femmes arrivent chez-nous, on prépare avec elles un plan d'action qui fait la liste des objectifs sur lesquels elles peuvent travailler, que ce soit un emploi ou un retour à l'école ou reprendre la garde de leurs enfants pour certaines », explique Marie-Pier Deschênes.

La cuisine des Marginales.La cuisine des Marginales Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

L'organisme vit grâce à l'aide de la Société de bienfaisance Marie-Soleil & Jonathan et aux contributions des locataires.

Avec un budget de 100 000 $ par année, l'organisme ne bénéficie d'aucune subvention du gouvernement pour accomplir sa mission.

Les responsables tentent tout de même d'obtenir du financement de Québec, explique René Forgues, membre du conseil d'administration.

René Forgues, membre du conseil d'administration des Marginales.René Forgues, membre du conseil d'administration des Marginales. Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

« Actuellement, on fait des démarches pour être reconnu comme organisme communautaire, dit-til. Les démarches se font et possiblement qu'après cette reconnaissance-là, on pourrait avoir une meilleure écoute de notre environnement. »

L'organisme tiendra une soirée de financement en septembre.

Abitibi–Témiscamingue

Engagement communautaire