•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'intégration grâce au ballon rond

La jeune fille tient un ballon dans sa main droite
Ghioud Albasha, une jeune Syrienne de 8 ans, a développé une passion pour le soccer dans les parcs de Trois-Rivières. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Dans les parcs de Trois-Rivières, le soccer permet depuis peu à de jeunes immigrants de s'intégrer à leur société d'accueil. En plus d'apprendre le français, les nouveaux arrivants comme les Québécois apprivoisent leurs différences culturelles, un botté à la fois.

Un texte de Camille Carpentier

Samaher Albasha est arrivée au Québec avec sa famille il y a deux ans. Aujourd’hui, quatre de ses cinq filles jouent au soccer grâce au programme d’intégration du Club de soccer de Trois-Rivières.

Après avoir fui la guerre en Syrie et avoir passé des années difficiles au Liban, il était primordial pour elle que ses enfants puissent se changer les idées en pratiquant un sport. Elle voit déjà les effets bénéfiques du soccer sur la vie de sa fille Ghioud, âgée de huit ans.

« Elle a vraiment amélioré le français, elle a beaucoup d'amis », se réjouit la maman.

La famille, tout sourire, devant un terrain de soccerSamaher Albasha et ses filles Ghioud, 8 ans, et Almira-Cham, 2 ans. Photo : Radio-Canada

Sosthene Kissita et sa famille ont aussi traversé des années difficiles avant d’arriver au Québec il y a quatre mois. C’est dans le camp de réfugiés où ils sont nés que ses fils âgés de 7 et 10 ans ont découvert le soccer. Sur les terrains gazonnés d’un parc de Trois-Rivières, leur amour du sport est indéniable.

C'était la première fois qu’ils jouaient sur du gazon, la première fois qu’ils jouaient avec une paire de bottines!

Sosthene Kissita

Leur père remarque aussi que le contact qu'ils ont avec les jeunes Québécois les aide à apprendre le français.

Un pont entre les cultures

Depuis deux ans, une vingtaine de nouveaux arrivants de 6 à 14 ans participent à ce programme d'intégration du Club de soccer de Trois-Rivières. Au-delà du sport, le ballon rond est un prétexte pour faciliter le processus d'intégration.

Quand on immigre, on recommence notre vie. On n'est pas dans des conditions économiques pour participer à des loisirs.

Jean-François Hardy, vice-président, Club de soccer de Trois-Rivières

Pour permettre aux jeunes de se joindre aux équipes régulières, le club paie leurs frais d'inscriptions, fournit l'équipement et coordonne un service de covoiturage avec les parents des autres joueurs.

Jean-François Hardy devant un terrain de soccerJean-François Hardy, vice-président du Club de soccer de Trois-Rivières Photo : Radio-Canada

« Parce que c’est facilitant, ils vivent dans les mêmes quartiers, ils vivent dans les mêmes écoles. Ils ont peu de contact avec les gens d’ici. On trouvait ça important de leur donner une chance de rapidement intégrer la communauté d’accueil, d’apprendre le français », dit le vice-président du Club de soccer de Trois-Rivières et instigateur du programme Jean-François Hardy.

Le club espère que les jeunes qui participent au programme s'impliqueront un jour en tant qu'entraineurs ou mentors auprès d'autres nouveaux arrivants.

Mauricie et Centre du Québec

Soccer