•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Floués en rêvant de travailler au Canada

Les travailleurs étrangers doivent se méfier des fausses entreprises de recrutement.

Les travailleurs étrangers doivent se méfier des fausses entreprises de recrutement.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Radio-Canada

Les personnes qui souhaitent venir travailler au Canada doivent faire preuve de vigilance dans leurs démarches. Des arnaqueurs tentent de profiter de la pénurie de main-d'oeuvre pour flouer des travailleurs prêts à tout pour réaliser leur rêve.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Annabelle, une résidente de l’île Maurice qui aimerait s’installer au Québec pour travailler dans une usine d'Olymel, a bien failli se faire prendre au jeu. Sur Internet, la jeune femme est récemment tombée sur une soi-disant entreprise de recrutement qui lui réclamait 155 $ pour entamer un processus d’embauche au Canada.

« AIG vient d’être autorisée à recruter 20 000 personnes en collaboration avec Citoyenneté et Immigration Canada », pouvait-on lire sur le site web de Service de recrutement AIG Canada. Il a été supprimé depuis.

Suspicieuse, la jeune femme a contacté Radio-Canada par courriel. « Je vais gaspiller une bonne partie de mes économies si c'est une arnaque », s'inquiétait-elle, sans vouloir en dire davantage sur elle.

Après vérifications, nous avons rapidement constaté la supercherie. Le logo et des photos d’employés d’une entreprise spécialisée en assurances et en services financiers, Américain (sic) International Group, ont frauduleusement été utilisés. Cette entreprise n’a pas voulu commenter.

Le site web d'Américain International Group.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site web de l'Américain International Group

Photo : Radio-Canada

L’adresse inscrite sur le site web de la fausse entreprise de recrutement était même celle du siège social d’Hydro-Québec. Une page Facebook où l’on peut lire des témoignages de personnes intéressées par l'appel de candidatures a aussi été créée.

Une résidente de Madagascar, Grachel Amoussou, nous a confirmé être tombée dans le piège. Elle aussi s'est rendu compte de l'arnaque au moment où on lui a demandé de payer des frais. « À un moment, ils me harcelaient. Mais vu que je ne cédais pas, ils ont rebroussé chemin », nous a-t-elle écrit.

« Très facile de les arnaquer »

Ce type d’arnaque est bien connu de Québec International, qui aide des entreprises de la région dans leur recrutement à l’étranger depuis plus de 10 ans.

« On se met dans la peau d'un individu à l'international. Son désir profond est d'immigrer au Québec. De se faire contacter pour dire : "Écoutez, on recherche votre profil", c'est comme une manne qui lui arrive. Donc c'est très facile de les arnaquer », commente la vice-présidente à la croissance des entreprises à Québec International, Line Lagacé.

Mme Lagacé explique que les travailleurs sont généralement joints par courriel. Des frais sont ensuite exigés pour poser une candidature et enclencher le processus d’immigration.

« Ça fait en sorte que l’individu se fait arnaquer parce qu’il n’y a pas de suite au dossier », déplore Line Lagacé.

Des entreprises aussi flouées

Les travailleurs étrangers ne sont pas les seuls à recevoir de fausses promesses. Des entreprises locales sont également sollicitées par des personnes qui se prétendent spécialistes en recrutement à l’international.

Line Lagacé, vice-présidente à la croissance des entreprises et à la prospection des investissements étrangers à Québec International.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Line Lagacé, vice-présidente à la croissance des entreprises et prospection des investissements étrangers chez Québec International.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Québec International explique qu’un forfait « clé en main » est généralement offert. Il comprend l’ensemble du processus d’immigration du travailleur.

« L'entreprise s'engage et le travailleur n'arrive pas. Il y a des problématiques dans le dossier parce que la personne avec qui elle a fait affaire n'a pas l'expertise pour l'ensemble du dossier », précise Mme Lagacé.

Il est donc recommandé de vérifier le réseau et l’expérience du recruteur. Seuls les conseillers accrédités en immigration, les avocats ou les notaires peuvent être mandatés pour réaliser le processus d’immigration.

Québec International dit s’être fait signaler plusieurs fraudes au cours des dernières années par des travailleurs ou des entreprises.

« Les causes qu'on a vues apparaître sont presque en totalité à l'international. Elles proviennent de pays dans lesquels on est actif pour le recrutement. C'est un peu l'envers de la médaille de nos efforts qu'on fait en termes d'attraction », affirme Line Lagacé.

Quand l’escroquerie est menée à partir du Canada, l’organisme peut demander aux autorités d’enclencher une enquête dans le but de supprimer les sites web et les adresses courriel des fraudeurs. Québec International a cependant peu de pouvoir quand il s’agit d’une fraude réalisée dans un autre pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie