•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Fernand Seguin, le savant de Radio-Canada

    Dans un studio de télévision, Fernand Seguin est assis à un pupitre sur lequel repose un micro de table. En arrière-plan, une immense carte du monde.
    L'animateur Fernand Seguin, en 1965 Photo: Radio-Canada / André Le Coz

    Il y a 30 ans s'éteignait Fernand Seguin. Pionnier de la vulgarisation scientifique au Québec, Fernand Seguin a marqué des générations d'auditeurs et de téléspectateurs en transmettant sa passion de connaître. Portrait du chercheur humaniste devenu animateur vedette de Radio-Canada.

    Né à Montréal le 9 juin 1922, Fernand Seguin est le sixième d'une famille de sept enfants. Il grandit rue Saint-André, dans le quartier ouvrier du Plateau-Mont-Royal.

    Avide de connaissances, il dévore les livres qu'il emprunte à la bibliothèque publique de son quartier. Lorsqu’il atteint 14 ans, il doit convaincre son père de poursuivre ses études plutôt que d’apprendre un métier.

    En 1940, il entre à la Faculté des sciences de l'Université de Montréal. Il obtient une licence en chimie en 1944, puis une maîtrise en biologie l'année suivante.

    Il enseigne par la suite la physiologie générale tout en poursuivant sa carrière de chercheur.

    Illustration d'un jeune homme sérieux derrière le micro avec le titre de l'émission, « Radio-Collège ».Affiche publicitaire de Radio-Collège, en 1952 Photo : Radio-Canada / Sarrazin

    C’est à ce titre qu’il entame une collaboration avec la Société Radio-Canada.

    Dès 1947, il est invité à prononcer quelques causeries de vulgarisation scientifique à l’émission Radio-Collège.

    Sa collaboration prend bientôt de l’ampleur, et Fernand Seguin devient un chroniqueur scientifique régulier à cette émission éducative.

    En parallèle, Fernand Seguin dirige le laboratoire de biochimie de l'hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu. En 1950, il y fonde un département de recherches biochimiques.

    Il tente de démontrer par ses travaux que les maladies mentales peuvent avoir des causes biologiques, une hypothèse révolutionnaire à l'époque.

    Radio-Collège

    Inaugurée à l'automne 1941, l'émission Radio-Collège vise à compléter l'enseignement des écoles secondaires. L’émission s'adresse à la fois au grand public et aux étudiants désirant parfaire leur formation.

    Diffusée à la radio de 1941 à 1956, du lundi au vendredi en fin d'après-midi, l'émission se donne une mission d'éducation populaire.

    Des professeurs réputés participent à cette initiative, notamment le frère Marie-Victorin, fondateur du Jardin botanique de Montréal, dont la chronique s'intitule La cité des plantes.

    En 1954, il abandonne définitivement le milieu de la recherche scientifique pour se consacrer à temps plein à une carrière de communicateur.

    La télévision de Radio-Canada n’a que deux ans et Fernand Seguin compte bien y poursuivre sa mission éducative.

    Les premières émissions scientifiques de Radio-Canada

    Diffusée au cours de la saison 1954-1955, La Science en pantoufles est la première émission scientifique présentée au petit écran.

    Fernand Seguin y incarne un chercheur qui passe ses soirées dans son sous-sol aménagé en laboratoire. Dans le rôle d'un voisin curieux, le comédien Marc Favreau pose des questions au savant et participe à ses expériences.

    Convaincu du pouvoir de l'image, Fernand Seguin a recours à des procédés imaginatifs pour illustrer ses propos.

    C’est le cas dans cet épisode de La Science en pantoufles du 22 avril 1955 qui porte sur la bombe atomique.

    Afin d'illustrer le principe d'une réaction en chaîne provoquée par une explosion nucléaire, Fernand Seguin a l’idée d’utiliser des balles de ping-pong déposées sur le ressort de souricières.

    À propos de l’invention de la bombe atomique, le savant confie à son acolyte :

    Ce qui est terrible c’est que, pour la première fois depuis le début de l’humanité, l’homme a inventé des armes qui sont capables de l’exterminer et d’exterminer sa civilisation en même temps.

    La Science en pantoufles

    Diffusée le vendredi soir à 20 heures, l'émission de 30 minutes rejoint toute la famille qui est rassemblée devant le petit écran à cette heure de grande écoute.

    Au printemps 1955, la qualité de la série est reconnue à l’international. Après une projection publique à Paris, l’UNESCO décide d’en présenter certains épisodes en tournée dans le monde.

    Avec cette série, Fernand Seguin attrape la piqûre de la communication scientifique. Il aime éveiller la curiosité du public et lui donner le goût de la connaissance.

    L’émission La Joie de connaître suivra La Science en pantoufles et permettra aux adolescents de suivre ses expériences à la télévision.

    L'animateur Fernand Seguin verse du sable sur une table pour former un volcan.Fernand Seguin lors d'une expérience pour l'émission « La Science en pantoufles », en 1954 Photo : Radio-Canada

    Les adultes ne seront pas en reste. Au cours de sa carrière à Radio-Canada, le biologiste de formation participera à une vingtaine d’émissions scientifiques, dont La vie qui bat (1955-1957), Le Roman de la science (1956-1960), L’Homme devant la science (1961-1962), La Science et vous, (1970-1979) et Science-réalité (1975-1978).

    Le sel des entrevues

    Dans un studio de télévision, François Périer s'entretient avec Fernand Seguin. Une image floue de François Périer, probablement dans un de ses films, est projetée sur le mur du fond.Fernand Seguin reçoit le comédien français François Périer à l'émission « Le Sel de la semaine » du 11 septembre 1969. Photo : Radio-Canada / Francis J. Menten

    S’il est reconnu comme un vulgarisateur scientifique, Fernand Seguin se forge aussi une solide réputation d'intervieweur.

    De 1965 à 1970, Fernand Seguin est à la barre de l’émission Le Sel de la semaine. Chaque lundi soir, l’animateur s'entretient pendant une heure avec un invité de marque.

    Écrivains, artistes, politiciens, illustres savants et vedettes internationales défilent au Sel de la semaine, qui se taille une place de choix dans la vie culturelle québécoise.

    Dans un studio de télévision, Jack Kerouac et Fernand Seguin, riant, sont assis sur une causeuse.Fernand Seguin reçoit l'écrivain américain Jack Kerouac à l'émission « Le Sel de la semaine » du 7 mars 1967. Photo : Radio-Canada / André Le Coz

    L'émission est diffusée en direct et devant public, ce qui laisse libre cours aux imprévus et ajoute de l'intensité à l'échange.

    Les entrevues de Fernand Seguin feront école.

    Le Sel de la semaine

    L'émission connaît différentes formules avant de laisser toute la place aux grandes entrevues.

    Parmi les personnalités internationales qui sont passées par l’émission : Anaïs Nin, Serge Reggiani, Louis Aragon, Jean-Pierre Chabrol et Robert Laffont.

    À l'automne 1966, Le Sel de la semaine devient, avec la comédie Moi et l'autre, l'émission la plus populaire de la programmation télé de Radio-Canada.

    En 1968, Seguin reçoit le prix Méritas du meilleur intervieweur de la télévision, alors que Le Sel de la semaine se voit décerner le prix de la meilleure émission.

    Parmi les entrevues marquantes du Sel de la semaine, soulignons la rencontre de Fernand Seguin avec le biologiste Jean Rostand, son maître à penser, en 1969.

    Au cours de la même année, Fernand Seguin s’entretient avec un personnage à la réputation autrement plus sulfureuse : l’écrivain américain Henry Miller.

    « Ma vie est bonne. Pourquoi changer? », affirme Henry Miller dans cette entrevue au Sel de la semaine du 16 octobre 1969. « Ce n’est pas moi qui décide la plupart du temps. […] Moi, j’attends toujours le moment que quelqu’un frappe et dise : allez-y! »

    Henry Miller raconte à Fernand Seguin sa relation conflictuelle avec l’Amérique et sa « renaissance » lors de son exil en Europe dans les années 30.

    À propos de la censure de la série des Tropiques, jugée obscène chez lui, il répond : « Ce qui est bon restera avec nous et le mauvais disparaîtra. […] Qui peut être le juge après tout? Qui est qualifié pour cela? »

    Un riche entretien avec une grande figure de la littérature.

    Fernand Seguin honoré par l'UNESCO

    Le 20 octobre 1978 marque une consécration pour Fernand Seguin. Il se voit décerner le prix Kalinga, la plus haute distinction internationale dans le domaine de la vulgarisation scientifique.

    Fernand Seguin, tout sourire, recevant une médaille dans un coffret des mains d'Amadou-Mahtar M'Bow.À Paris, le directeur général de l'UNESCO, Amadou-Mahtar M'Bow, remet à Fernand Seguin le prix Kalinga. Photo : Radio-Canada / Revue Circuit fermé, vol 12 no 16, 20 décembre 1978

    Premier Canadien à recevoir ce prix prestigieux, Fernand Seguin rejoint ainsi les rangs des Jean Rostand (1959), Julian Huxley (1953) et Margaret Mead (1970).

    Un mois plus tard, alors que Fernand Seguin se rend à Paris pour recueillir son prix, Radio-Canada présente une programmation spéciale.

    Le 22 novembre 1978, Yanick Villedieu recueille les propos du lauréat dans une édition spéciale de Science-Réalité.

    L'essentiel de la mission du communicateur scientifique, ce n'est pas de transmettre un savoir, mais de transmettre le désir d'apprendre, exprime Fernand Seguin dans cette entrevue.

    Certaines de ses réflexions prennent une allure prophétique. Il prévoit qu'à l'aube du 21e siècle l'écart entre les pays riches et les pays pauvres continuera de s'accroître, ce qui risque de créer une situation explosive.

    Profondément humaniste, Fernand Seguin avait démissionné en 1976 du Conseil des sciences du Canada pour des motifs de conscience. Il s'opposait aux orientations d'un rapport sur le Canada de l'an 2000 qui prévoyait de freiner l'immigration afin de contrôler la croissance démographique.

    Dans un studio de télévision, Joël Le Bigot et Fernand Seguin assis à une table surmontée de deux microphones. En arrière-plan, on voit le titre de l'émission sur un écran au murFernand Seguin participant à une émission de « Science-réalité » en compagnie de l'animateur Joël Le Bigot en septembre 1973. Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

    Science-réalité

    De 1975 à 1978, Fernand Seguin collabore à l'émission télévisée Science-Réalité, animée par Joël Le Bigot, aux côtés de jeunes journalistes scientifiques tels Yanick Villedieu.

    On y explique dans un langage simple les répercussions de la science dans notre vie courante.

    C’est Découverte qui prendra le relais de cette émission scientifique en 1988.

    Couverture du livre « Le Sel de la science » avec une photo de Fernand Seguin.Agrandir l’imageEn 1980, Fernand Seguin publie l'ouvrage « Le Sel de la science » qui rassemble quelques grands entretiens. Photo : Radio-Canada / Québec Science

    Durant cette période, les honneurs se multiplient pour Fernand Seguin.

    Au cours de la même année, il est nommé officier de l’Ordre du Canada. Puis, en 1980, son alma mater, l’Université de Montréal, lui décerne un doctorat honoris causa.

    L’année suivante, la bourse Fernand-Seguin sera créée afin d’encourager les jeunes journalistes à se tourner vers le journalisme scientifique.

    Cette bourse est aujourd’hui l’une des plus prestigieuses du Canada en journalisme scientifique.

    Le testament d'un sage

    À la fin des années 80, la santé de Fernand Seguin décline.

    Au printemps 1985, il doit cesser de présenter lui-même ses chroniques à l'émission radiophonique Aujourd'hui la science à la suite d'un accident vasculaire cérébral qui affecte sa diction.

    En février 1988, il se sait condamné par un cancer. Il accepte malgré tout l'idée de la Centrale de l’enseignement du Québec (CEQ) de tourner une publicité s'adressant aux jeunes qui donne la parole à de grands pédagogues.

    Le cinéaste Jean-Claude Lauzon rencontre Fernand Seguin dans sa maison de Saint-Charles-sur-Richelieu pour le tournage qui revêt l'allure d'un ultime témoignage. Avec simplicité et sérénité, Fernand Seguin livre ses impressions sur le sens de la vie, le temps, la maladie.

    À 25 ans, je croyais que j’allais changer le monde. J’étais sûr que par la grâce de la communication scientifique – que j’avais commencé à faire à ce moment-là  – il allait se produire dans la société – à cause de l’audience que j’avais – des bouleversements profonds.

    Fernand Seguin

    Ce testament d'un sage au seuil de la mort est diffusé au Point du 21 juin 1988 en guise de dernier hommage.

    Fernand Seguin est décédé le 19 juin 1988, à l'âge de 66 ans, au terme de ce qu'il refuse de qualifier comme une lutte contre le cancer, puisque selon lui on ne se bat pas contre cette maladie : « Ça arrive ». « Et je suis le spectateur de la lutte qui se déroule dans mon corps », poursuit-il.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Science