•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'immense Jacques Brel, de nouveau à l'honneur à Montréal

Jacques Brel, en octobre 1966 à l'Olympia de Paris
Jacques Brel, en octobre 1966, à l'Olympia de Paris Photo: Getty Images / AFP/Getty Images

Le spectacle québécois en hommage au plus grand des chanteurs belges fait son retour dans la métropole. Brel symphonique est présenté lors des Francos, vendredi et samedi, à la Maison symphonique de Montréal. Présente depuis le début de l'aventure, Diane Tell reste conquise par l'événement, comme elle l'a expliqué jeudi à l'émission Gravel le matin.

Sous la houlette du chef d’orchestre Simon Leclerc, l’auteure-compositrice-interprète québécoise interprétera Voir un ami pleurer et Jef. Bïa, Luc De Larochellière, Pierre Flynn, Marc Hervieux, Andrea Lindsay, Catherine Major, Paul Piché, Bruno Pelletier et Danielle Oddera seront aussi de la partie.

Diane Tell décrit Danielle Oddera comme « la star du spectacle, qui fait un carton à chaque représentation. […] Elle est tellement touchante, parce qu’elle l’a connu [Jacques Brel], nous non ».

Présenté en 2012 à Montréal en lumière, Ne me quitte pas : un hommage à Jacques Brel, où 10 artistes et un pianiste adaptaient les chansons du chanteur belge mort en 1989, à 49 ans, n'était pas supposé avoir de suite. Une tournée et d’autres événements ont finalement vu le jour, avant que Simon Leclerc prenne en main le spectacle l’an dernier pour lui donner un aspect symphonique.

Les créations de Brel font partie de ces « musiques qu’on peut amener à toutes sortes d’orchestrations », affirme Diane Tell. Celle-ci met également de l’avant l’Orchestre symphonique de Montréal, « une Rolls-Royce ».

Ci-dessous, Diane Tell chante Voir un ami pleurer à l'émission Pour le plaisir

Selon l’interprète de Si j’étais un homme, le fait que beaucoup des artistes présents vendredi et samedi sont des auteurs-interprètes leur a permis une appropriation optimale des chansons de Brel. « Quand Paul Piché chante Jaurès, c’est extraordinaire », ajoute-t-elle.

Musique

Arts