•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festival Fringe d'Ottawa : peu de français, faute de projets soumis

Le Fringe d'Edmonton
Plus de 50 spectacles seront présentés au Fringe d'Ottawa. Un seul est listé dans la programmation comme étant en français. Photo: Marc J Chalifoux
Radio-Canada

Cette année, seul le spectacle bilingue de Melanie Gall autour des chansons d'Édith Piaf et de Jacques Brel entre dans la catégorie « French » du site web du Festival Fringe d'Ottawa. Si peu de productions y sont présentées en français, d'une année à l'autre, ce n'est pas par manque de volonté des organisateurs, mais parce que peu d'artistes francophones soumettent leur projet.

Un texte de Valérie Lessard et Kevin Sweet

Bon an, mal an, les organisateurs du Festival Fringe de la capitale reçoivent quelque 200 dossiers pour le tirage au sort déterminant qui pourra présenter son spectacle à Ottawa pendant les 10 jours de l'événement.

Habituellement, entre 10 et 15 de ces dossiers s'avèrent des spectacles en français. Or, en prévision de la mouture 2018 qui se déroule jusqu'au 24 juin, seulement deux artistes francophones ont soumis leur candidature, mentionne le directeur anglophone du festival, Patrick Gauthier.

L'artiste aux longs cheveux foncés a le visage tourné vers le journaliste, hors cadre.Melanie Gall apprécie le côté moins compétitif du Fringe d'Ottawa. Photo : Radio-Canada

M. Gauthier explique cette réalité par le fait que, contrairement aux anglophones, les artistes francophones émergents bénéficient de nombreuses structures (incluant les compagnies de théâtre existantes) et infrastructures (dont La Nouvelle Scène) dans la grande région d'Ottawa-Gatineau, ce qui leur permet de se faire valoir.

Le Festival Fringe 2018 en quelques chiffres :

  • 10 lieux de diffusion, dont La Nouvelle Scène et la Cour des arts d'Ottawa
  • 22e année
  • 50 % de la programmation est réservée aux artistes locaux
  • 56 spectacles
  • 250 artistes

Melanie Gall présente donc le seul spectacle étiqueté comme « français » dans la programmation. Il s'agit d'un Spectacle impossible, réunissant Piaf et Brel, qui n'ont jamais chanté ensemble, mais dont les univers se ressemblent beaucoup, selon elle.

L'Albertaine francophile est une habituée de la scène fringe, incluant le festival d'Edmonton, qui se classe tout juste derrière Édimbourg, en Écosse, en termes d'importance.

C'est beaucoup plus compétitif [à Edmonton]. Ici [...] il y a plus de temps pour se supporter, d'avoir la chance de voir les spectacles des autres artistes.

Melanie Gall, artiste

Un Fringe sympathique

Résidant aujourd'hui en France, Elliot Delage revient pour sa part présenter... en anglais, dans la région où il a grandi, sa toute première création, une comédie noire intitulée 25. En 45 minutes, il incarnera une demi-douzaine de personnages, à l'instar de sa partenaire de jeu, Anastasia Wells.

Le comédien aux cheveux bruns et courts est légèrement de profil. Il regarde vers la droite de l'image. C'est en participant au Fringe d'Ottawa qu'Elliot Delage s'est découvert une passion pour le théâtre. Photo : Radio-Canada

M. Delage a vécu ses premières expériences sur scène au Fringe d'Ottawa, avant de partir étudier le théâtre en France. Il apprécie justement le côté « sympathique » et « bienveillant » du festival, qui favorise la rencontre.

Les plus grands festivals, c'est très sympa de donner une opportunité à [...] beaucoup d'artistes, mais finalement, le public, s'il n'est pas là, on ne peut pas le créer. Du coup, il faut garder le nombre de spectacles où chaque spectacle va pouvoir avoir un bon public. Son public, fait valoir le comédien, auteur et metteur en scène.

Pour lui, l'événement représente un précieux espace de liberté.

C'est un lieu de création où on n'a pas de censure, ce qui est génial, ce qui est rare.

Elliot Delage, comédien, auteur et metteur en scène

L'aspect aléatoire de la sélection, par loterie et non par choix de jury, s'avère aussi un plus, à ses yeux.

Ça nous donne l'opportunité de vraiment proposer ce qu'on veut, ce qui n'est pas le cas avec des théâtres ou d'autres festivals en France, par exemple. Et c'est aussi très, très accessible financièrement pour des compagnies qui commencent, dit-il.

Ottawa-Gatineau

Arts de la scène