•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le gouvernement Ford inquiète, moi la première » - Andrea Horwath

Andre Horwath et Sol Mamakwa sont debout face à face et se tiennent les mains, derrière une affiche avec le nom d'Andrea Horwath et son titre de chef de l'opposition officielle.
La chef du NPD ontarien, Andrea Horwath, salue son nouveau député de Kiiwetinoong, Sol Mamakwa, avant la première rencontre de son caucus depuis les élections du 7 juin. Photo: Radio-Canada / Dean Gariépy
Radio-Canada

Devant son nouveau caucus réuni pour la première fois depuis l'élection du 7 juin, la nouvelle chef de l'opposition officielle à Queen's Park, Andrea Horwath, a dit qu'elle serait la voix des Ontariens qui craignent les mesures qui seront mises de l'avant par le prochain premier ministre, Doug Ford.

Devant la quarantaine de députés néo-démocrates rassemblés, dont plus de la moitié étant de nouveaux venus en politique provinciale, elle a rappelé que la majorité des Ontariens n'avait pas voté pour les progressistes-conservateurs de Doug Ford.

Les gens sont très inquiets de ce que Doug Ford nous prépare et moi aussi. La majorité des Ontariens n'a pas voté pour des compressions en santé ou des mises à pied.

Andrea Horwath, chef du NPD ontarien et future chef de l'opposition officielle

Elle a affirmé que son parti sera la voix de ces Ontariens.

Andrea Horwath debout, avec autour d'elle ses députés assis autour de tables.La chef du NPD Andrea Horwath rencontre son nouveau caucus pour la première fois depuis l'élection du 7 juin. Le nombre de députés néo-démocrates a doublé et le parti forme désormais l'opposition officielle à Queen's Park. Photo : Radio-Canada / Dean Gariépy

La chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a toutefois félicité le premier ministre désigné pour son intérêt dans les discussions sur l'avenir de l'Accord de libre-échange nord-américain et sur l'imposition de tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium par les États-Unis.

Doug Ford a bien fait, selon elle, de se montrer solidaire du premier ministre fédéral, qui défend les intérêts du pays dans ce dossier.

Andrea Horwath a aussi dit croire que c'était une bonne idée pour le futur premier ministre ontarien de rencontrer des représentants des industries de l'acier, de l'aluminium et de l'automobile.

Mais elle a demandé pourquoi aucun représentant des travailleurs n'était autour de la table pour des discussions qui les touchent directement : cette absence envoie un message inquiétant, selon elle.

Doug Ford à une table entourée de gens d'affairesDoug Ford rencontre des gens d'affaires, le 13 juin, pour discuter de la guerre commerciale avec les États-Unis. Photo : PC / Tijana Martin

Dans le dossier des tarifs douaniers, le NPD réclame du nouveau gouvernement qu'il mette en place des mesures similaires à celles au Québec, où un fonds de 100 millions de dollars a entre autres été mis sur pied pour offrir des prêts aux entreprises qui voient leurs coûts de production augmenter considérablement.

Andrea Horwath entend aussi talonner le gouvernement progressiste-conservateur afin d'obtenir des précisions sur les allégations ciblant le parti qui ont fait surface durant la campagne électorale.

Les policiers enquêtent entre autres sur un vol de données à la compagnie 407-ETR, où travaillait un ancien candidat du parti, et se penchent aussi sur des irrégularités à l'investiture dans Hamilton Ouest-Ancaster-Dundas.

Une opposition qui représente l'Ontario

Andrea Horwath était aussi très fière d'annoncer que son caucus compte autant d'hommes que de femmes (elle avait en fait une majorité de candidates lors de la campagne électorale).

Nous sommes une opposition officielle forte, diversifiée et qui reflète la population de l'Ontario.

Andrea Horwath, chef du NPD ontarien et future chef de l'opposition officielle
Andrea Horwath debout devant un lutrin avec à ses côté, assis, trois députés.Le chef du NPD ontarien Andrea Horwath prend la parole devant son caucus rassemblé pour la première fois depuis l'élection du 7 juin. Photo : Radio-Canada / Dean Gariépy

Les nouveaux élus doivent être assermentés plus tard ce mois-ci.

Aucune date n'a encore été confirmée pour la reprise des travaux à l'Assemblée législative.

Toronto

Politique provinciale