•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin de l’ère du charbon menace 400 emplois à Coronach

Gros plan sur des mains tenant du charbon.
Le village de Coronach, dans le sud de la Saskatchewan, dépend principalement de l'industrie du charbon, qui devra cesser ses activités d'ici 2030. Photo: Radio-Canada / ICI Saskatchewan
Radio-Canada

Les habitants de Coronach ont fait part de leurs inquiétudes aux experts fédéraux venus mercredi discuter de la transition vers une énergie propre prévue pour 2030. L'exploitation du charbon, qui doit cesser d'ici 2030, fournit 400 emplois dans ce village du sud de la Saskatchewan.

Les membres de la communauté de Coronach venue se faire entendre du groupe de travail mandaté par Ottawa ont fait salle comble. Pour de nombreux participants, la fin de l'exploitation du charbon qui accompagne la transition énergétique pour laquelle s’est engagé le fédéral en 2016 signera l’arrêt de mort de ce village de 700 âmes.

Si l’industrie du charbon quitte la région, Coronach deviendra une ville fantôme.

Catherine Mackay-Wilson, administratrice municipale, village de Coronach

La mine de Poplar River produit annuellement 3 millions de tonnes de charbon qui alimentent l’usine de production d'électricité de Poplar River. Les deux entreprises représentent à elles seules 400 emplois directs dans cette communauté, soit autant de personnes qui devront trouver un nouveau travail dans d’autres secteurs économiques.

Que va-t-il arriver à nos travailleurs? Cette ville va mourir.

Ron Mamer, conseiller, village de Coronach

Le groupe de travail composé d’experts du monde du travail, de la politique municipale et du développement durable a aussi pour mission de réfléchir avec la communauté à un système économique qui permettrait au village de rester attrayant. Des soutiens à l’emploi et à la formation, ainsi que des fonds destinés aux infrastructures pour accompagner la transition énergétique pourront notamment être sollicités auprès du gouvernement fédéral.

Les craintes et les témoignages des villageois seront compilés dans un rapport remis en fin d’année à la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna.

Avec les informations de Raphaël Beaumont-Drouin

Saskatchewan

Emploi