•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le RTC veut offrir différents modes de transport sur une seule application

Un autobus hybride du RTC
Des autobus du RTC Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) entend améliorer son offre de service en intégrant notamment différents modes de transports pour permettre aux citoyens de se déplacer plus facilement dans plus de secteurs de la ville.

Le plan stratégique pour 2018-2027, présenté jeudi matin par le RTC, prévoit, outre l'implantation du tramway et du trambus, plusieurs stratégies visant à mieux répondre aux besoins des citoyens.

Le RTC compte développer des partenariats pour ajouter à son offre de services d'autres modes de transports comme le taxi, l’autopartage, le transport en commun à la demande, le covoiturage ou le vélo libre-service.

On veut offrir la liberté de choix à nos citoyens en matière de déplacements sur notre territoire, dit le président du RTC, Rémy Normand.

Un usager détenteur d'un forfait mensuel pourrait, par exemple, appeler un taxi, puis se rendre au Parc-O-Bus le plus près pour monter dans un autobus qui le conduira à sa destination.

Une application mobile sera élaborée d'ici 2022 afin de permettre aux utilisateurs de planifier leurs déplacements avec les meilleures combinaisons de transports possibles et d'acheter leurs titres de transport.

Le président du RTC fait valoir que l’organisation de transport actuel a atteint ses limites et qu’un nouveau modèle de services intégrés permettra de mieux desservir la clientèle en périphérie.

« Avec un service comme ça, de complémentarité, les perspectives sont complètement différentes même pour les gens qui sont éloignés. »

Le président du RTC, Rémy NormandLe président du RTC, Rémy Normand Photo : Radio-Canada

Électrification

Le RTC prévoit par ailleurs remplacer graduellement son parc actuel par des autobus 100 % électriques. À compter de 2025, le RTC n'achètera que des véhicules électriques et le réseau sera complètement électrifié quelque 15 ans plus tard.

Les infrastructures devront être adaptées d'ici là et les parcours ajustés à la disponibilité des bornes de recharges.

Un projet pilote sera lancé sur la ligne du Métrobus 807, qui sera le premier parcours complètement électrifié.

Avec ces changements, le RTC prévoit augmenter son achalandage de 30 % d’ici 2026.

Le RTC ne peut dire quel sera le coût pour le laissez-passer des usagers à la suite de ces transformations, mais a bon espoir que la hausse prévue d’achalandage permettra de limiter les augmentations de tarifs.

Accueil favorable

Étienne Grandmont, directeur général d'Accès transports viables, accueille favorablement le plan stratégique présenté par le RTC.

« La Ville de Québec est très étendue, donc on a besoin d'avoir d’autres moyens de transport qui vont donner des options aux gens pour se connecter facilement aux différents réseaux existants. »

Le chef de Québec 21 Jean-François GosselinLe chef de Québec 21 Jean-François Gosselin Photo : Radio-Canada

Le chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, Jean-François Gosselin, approuve également le plan stratégique et l'idée de multiplier les options de transport pour les citoyens qui vivent en périphérie.

« Il y a vraiment des bonnes idées là-dedans comme le paiement par les outils intelligents, directement en ligne, avec sa carte de crédit quand on embarque dans un autobus », dit-il.

Le mode de paiement avec un appareil mobile sera disponible dès 2019.

Investissements en transport en commun à Québec pour les 10 prochaines années :

  • 810 millions pour le maintien et le développement du RTC
  • 2,9 milliards pour le réseau structurant de transport en commun

Québec

Transport en commun