•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini le dégriffage des chats dans plusieurs cliniques du Québec

Une chatte rescapée, stérilisée et non-dégriffée se repose paisiblement sur le lit de ses nouveaux maîtres.
Une chatte non-dégriffée se repose paisiblement. Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe
Radio-Canada

Le réseau Globalvet, qui comprend une quinzaine de cliniques vétérinaires au Québec, cessera le dégriffage des chats à compter de janvier 2019. La décision a été prise par souci du bien-être animal.

Un texte de Marie Maude Pontbriand

Après avoir fait analyser les impacts du dégriffage par un comité scientifique, le réseau Globalvet en vient à la conclusion que l'intervention blesse l'animal et qu'elle est évitable.

Nous on est convaincus que pour le bien-être animal on doit cesser de faire cette procédure-là, explique le Dr Martin Godbout, vétérinaire comportementaliste et président de Globalvet.

Si on compare à un être humain, c'est comme si on nous enlevait le dernier bout du doigt, souligne le Dr Godbout.

Tous les nerfs sont coupés donc ils peuvent provoquer, avec le temps, des douleurs et un inconfort.

Une douleur qui peut avoir des effets sur le comportement de l'animal qui est à risque de développer de l'agressivité, ajoute le docteur.

Une patte de chat non-dégriffée.Une patte de chat non-dégriffée. Photo : Radio-Canada / Radio Canada

Les cliniques Globalvet comptent mettre de l'avant plusieurs solutions de rechange pour convaincre leurs clients que le dégriffage n'est pas nécessaire.

Le taillage des griffes et les boîtes à gratter font notamment partie des options.

Interdit ailleurs

La Nouvelle-Écosse et la Colombie-Britannique interdisent déjà le dégriffage des chats.

Le docteur Godbout estime que le Québec suivra le pas tôt ou tard. « C'est une question de temps avant que la position se prenne. »

En attendant qu'une loi en ce sens soit adoptée, le vétérinaire espère que la décision de son réseau de clinique en inspirera d'autres.

« Notre expertise est assez reconnue au niveau de la province donc c'est certain que si on prend position ça donne l'exemple et c'est certain que ça va influencer d'autres cliniques.

L'Association canadienne des médecins vétérinaires dénonce aussi le dégriffage depuis l'an dernier.

Québec

Animaux de compagnie