•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mémoire de maîtrise en bande dessinée

Une bande dessinée présente le travail d'art de cinq étudiants différents.
Dans son mémoire de maîtrise, Meghan Parker présente ses expériences et ses réflexions en tant que qu'enseignante d'art visuel. « Je suis toujours enchantée par la façon dont les étudiants abordent un même sujet de manières différentes », écrit-elle sur cette page. Photo: Meghan Parker

Une enseignante de North Vancouver serait la première Canadienne à terminer un mémoire de maîtrise autobiographique en bande dessinée. Meghan Parker recevra son diplôme en arts de la faculté de l'éducation de l'Université Simon Fraser vendredi.

Un texte de Michaële Perron-Langlais

Dans le cadre de ses études supérieures, Meghan Parker a réalisé une bande dessinée autobiographique où elle raconte son expérience en tant qu'enseignante d’art en début de carrière. Elle y fait part de ses réflexions sur l’art et l’éducation.

« Une des premières questions que je me suis posées, c’est : "Pourquoi est-ce que je suis en train de parler d’art en tapant au clavier, plutôt que de parler d’art en faisant de l’art?" », raconte l’enseignante.

Une bande dessinée présente une femme qui se questionne sur la façon de parler de l'art. Dans les premières pages du document, Meghan Parker explique comment elle en est venue à rédiger son mémoire sous forme de bande dessinée. Photo : Meghan Parker

C’est ainsi que lui est venue l’idée de présenter son mémoire de maîtrise dans un format différent.

La bande dessinée m’est apparue comme une bonne façon de communiquer, parce qu’elle permet d’utiliser à la fois le langage écrit et le langage visuel. C’est un format qui permet de raconter des histoires qu’on ne pourrait raconter autrement.

Meghan Parker, enseignante d'art visuel au secondaire et finissante de la maîtrise en art de la faculté de l'éducation de l'Université Simon Fraser

Apprendre autrement

L’importance de faire appel à une variété de méthodes pour transmettre les connaissances en milieu scolaire est au coeur du travail de Meghan Parker.

« Il y a des gens qui apprennent de plusieurs façons différentes dans nos écoles, soutient-elle. La façon d’enseigner le savoir fait partie du savoir lui-même. Je suis fière de défendre l’importance de donner des possibilités et de la flexibilité quant aux formes de représentations de savoir. »

L’enseignante est d’avis qu’une plus grande place devrait être accordée au concept de littératie visuelle dans les écoles.

Nous passons tout ce temps à apprendre et à enseigner à lire et à écrire des textes. Je crois que nous devons mettre les mêmes efforts pour aussi être capables de lire et d’écrire des images.

Meghan Parker, enseignante d'art visuel au secondaire et finissante de la maîtrise en art de la faculté de l'éducation de l'Université Simon Fraser

Meghan Parker aimerait que son mémoire de maîtrise en bande dessinée soit publié. « C’est un rêve qu’il devienne disponible plus largement sous la forme d’un livre », dit-elle.

Colombie-Britannique et Yukon

Arts visuels