•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 8-1-1 au service des aînés dès l'automne

Des aînées en fauteuil roulant dans un corridor des Résidences Lucien-Saindon de Lamèque, N.-B.
Une résidence pour personnes âgées. Photo: Radio-Canada / Michel Nogue
Radio-Canada

Les corps policiers de la région, l'Autorité des marchés financiers, le réseau de la santé et le système de la justice mettent leurs ressources en commun pour mieux répondre aux cas d'abus envers les aînés.

Les personnes âgées victimes de maltraitance ou les citoyens qui en sont témoins seront tous référés à la ligne Info-Social, le 8-1-1, à l'automne prochain.

En plus de partager leurs outils, ils comptent mettre leurs données ensemble afin d'améliorer les suivis.

« Le 8-1-1 va avoir tout en main pour faire le référencement soit à la personne, soit à une intervenante qui va s’intégrer dans le processus. Donc, le témoin n’a pas besoin de connaître tout le processus. Ce qu’on veut, c’est s’il appelle à un numéro de téléphone, que le dossier va être pris en charge », explique Christian Bergeron, coordonnateur du dossier maltraitance au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) dans le cadre d'une conférence de presse de la Table régionale maltraitance aînés.

L'an dernier, les autorités ont reçu 30 % plus d'appels pour des cas de maltraitance envers les aînés. Cette statistique ne démontre pas nécessairement qu’il y a plus d’abus, mais plutôt que la sensibilisation fonctionne, selon le CIUSSS.

La majorité des gens qui dénoncent sont des femmes.

Trois personnes se tiennent debout dans une salle et discutent.Les policiers Dominic Simard et Andréanne Nolin ainsi que le coordonnateur au CIUSSS Christian Bergeron ont annoncé cette mesure mercredi matin. Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulière

Les policiers rencontrent souvent les aînés pour les rassurer et leur expliquer leurs droits.

« Si on a besoin d’autres ressources, exemple au niveau de l’Autorité des marchés financiers, on va avoir une personne-ressource avec qui on va être capable de travailler. C’est ça qui est intéressant. Parce que, présentement, au niveau des plaintes à la Sécurité publique de Saguenay, si la personne aînée veut se plaindre et veut aller devant les tribunaux, les patrouilleurs font leur travail, mais ceux qui ne veulent pas aller plus loin, c’est là que le policier au niveau de la patrouille n’a pas d’outil », ajoute Dominic Simard, policier à la prévention à la Sécurité publique de Saguenay.

Les services seront mis en commun à l'automne au Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans cinq autres régions du Québec lorsque l'entente sera conclue.

En attendant, la population peut contacter la Ligne Aide Abus Aînés au 1-888-489-2287.

D’après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Saguenay–Lac-St-Jean

Société