•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert dit pouvoir confondre les joueurs qui « simulent » au soccer

Le Brésil joue contre la Croatie lors de la Coupe du monde de 2014.
Le Brésil joue contre la Croatie lors de la Coupe du monde de 2014. Photo: Reuters / Paulo Whitaker

Avec la Coupe du monde de soccer qui débutera jeudi, un professeur en neurosciences de l'Université de Victoria veut aider les arbitres à reconnaître les joueurs qui « simulent », c'est-à-dire qui font semblant de s'être blessé.

E. Paul Zehr, amateur de soccer et professeur en neurosciences, a répertorié trois types de simulations. Le scientifique a étudié comment les gens coordonnent les mouvements des bras et des jambes. Une partie de son étude s’est attardée sur la manière dont le corps réagit lors d’une chute ou d’un trébuchement.

« Avec l’évolution, votre système nerveux fonctionne de sorte qu’il va tout faire pour éviter que vous tombiez au sol, car c'est le pire résultat possible pour n'importe quel animal, y compris les humains », explique le professeur Zehr.

Généralement, la principale chose que les gens font pour se protéger lors une chute est de mettre les bras devant eux. Cependant, les joueurs qui simulent des blessures font souvent le contraire, affirme-t-il.

« Les bras sont étirés au-dessus la tête, ou sur le côté, ce qui n'est pas du tout protecteur. Cela sert plutôt à attirer l'attention sur quelque chose qui vient de se passer et dont on espère qu'elle sera considérée comme une faute », ajoute-t-il.

Selon le professeur Zehr, il existe trois types de chutes qui permettent de simuler une blessure : le Platoon, la ligne d'arrivée et à plat ventre.

Le Platoon

Ce mouvement est nommé d'après un passage du film Platoon (1986) sur la guerre du Vietnam dans lequel le sergent Elias, joué par Willem Dafoe, réagissait d’une manière particulière à un tir.

« Dafoe a reçu une balle dans le dos et ses bras se sont levés. Certains joueurs réagissent comme s'ils s'étaient fait agresser d'une manière ou d'une autre, et tombent la tête la première et les bras au-dessus de la tête », raconte E. Paul Zehr.

« Ce n'est pas une réaction protectrice. Si on tombait vraiment comme ça, on se ferait plus mal que si on était juste en train de trébucher », dit-il.

La ligne d'arrivée

Ce mouvement est nommé par rapport à la façon dont certains joueurs lancent les bras derrière eux et poussent distinctement leur poitrine en avant comme s'ils étaient sur le point de franchir une ligne d'arrivée.

À plat ventre (belly-flop)

Dans ce mouvement, les joueurs atterrissent à plat ventre sur le terrain.

Changer les règles du jeu?

Le professeur croit que les joueurs et les arbitres peuvent travailler ensemble pour s'éloigner de l'aspect théâtral de cette pratique.

Si les arbitres pouvaient prendre des décisions précises respectant les règles et que les joueurs arrêtaient l'agonie exagérée, le soccer se referait une beauté, estime-t-il.

Le premier match de la Coupe du monde, entre la Russie et l'Arabie saoudite, se jouera jeudi.

Colombie-Britannique et Yukon

Soccer