•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du génie sherbrookois permet de transformer les bouteilles de vin en trottoirs

Ce verre appelé « verre mixte » ne se recycle pas facilement.
Ce verre appelé « verre mixte » ne se recycle pas facilement. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

De la poudre de verre dans les trottoirs : c'est l'une des solutions trouvées pour éviter que des centaines de milliers de bouteilles de vin ne se retrouvent au dépotoir. Cette année, à Montréal, huit tronçons de trottoir seront construits avec du béton fabriqué à base de cette matière. Et il y a du génie de l'Université de Sherbrooke derrière ce projet.

Un texte de Mylène Grenier

Le professeur de l'Université de Sherbrooke Arezki Tagnit-Hamou est titulaire de la Chaire SAQ en valorisation du verre dans les matériaux depuis sa création en 2004. Ses recherches, auxquelles participent les étudiants en génie civil, se concentrent sur le béton et les matériaux cimentaires.

Le professeur Arezki Tagnit-Hamou est titulaire de la Chaire SAQ en valorisation du verre dans les matériaux.Le professeur Arezki Tagnit-Hamou est titulaire de la Chaire SAQ en valorisation du verre dans les matériaux. Photo : Radio-Canada

Le verre remplace, en fait, une partie du ciment, dont la fabrication émet du dioxyde de carbone (CO2).

Le verre réagit dans le béton. Il produit ce que j'appellerais la colle du béton, à peu près comme le ciment. On remplace quelque chose d'assez dispendieux et qui pollue par quelque chose qui est d'abord un déchet, deuxièmement, qui réagit très bien et qui améliore la perméabilité du béton, explique le professeur.

Cette poudre de verre est utilisée dans la fabrication de trottoirs.Cette poudre de verre est utilisée dans la fabrication de trottoirs. Photo : Radio-Canada

De 2012 à 2016, le taux de récupération du verre dans la collecte sélective s'élevait à 79 % en moyenne, selon des données de Recyc-Québec. Si le verre incolore se recycle facilement, la réalité est différente pour les autres types appelés « verre mixte ». D'où l'importance de trouver une seconde vie à ce type de verre.

À l'aide d'une usine à béton, tout est donc en place, dans les laboratoires de l'Université, pour peaufiner la recherche.

Une véritable usine prend place dans le laboratoire de la Faculté de génie de l'Université de Sherbrooke.Une véritable usine prend place dans le laboratoire de la Faculté de génie de l'Université de Sherbrooke. Photo : Radio-Canada

Montréal a été la première ville à profiter des recherches de l'université sherbrookoise. Dès 2011, un premier tronçon de trottoir a été fabriqué à base de poudre de verre devant le Musée des beaux-arts.

Le trottoir devant le Musée des beaux-arts de Montréal a été fabriqué en partie à base de poudre de verre.Le trottoir devant le Musée des beaux-arts de Montréal a été fabriqué en partie à base de poudre de verre. Photo : Radio-Canada

Le trottoir a très bien résisté à l'agression de l'environnement, au fil du temps. Ça fait déjà plus de sept ans et il résiste très bien au sel de voirie par exemple et aux fluctuations de température, explique le porte-parole administratif à la Ville de Montréal Philippe Sabourin.

Depuis 2011, 13 projets intégrant la poudre de verre ont été réalisés dans la métropole et, cette année, 8 tronçons de trottoir à base de ce produit seront construits. « Ça va nous permettre de recycler, de valoriser, un demi-million de bouteilles de vin », ajoute M. Sabourin.

Dans nos études, nous avons été jusqu'à 25-30 % de remplacement du ciment par la poudre de verre. Par contre, sur le terrain, nous visons environ 20 % [...] La Ville de Montréal travaille entre 10 et 15 %, selon les projets, précise le professeur Arezki Tagnit-Hamou.

Cette année, huit tronçons de trottoir à base de poudre de verre seront construits.Cette année, huit tronçons de trottoir à base de poudre de verre seront construits. Photo : Radio-Canada

D'autres projets ont aussi vu le jour à Québec, à Laval et à l'Université de Sherbrooke. Des trottoirs et deux passerelles sont notamment fabriqués à base de poudre de verre sur le campus sherbrookois.

Cette passerelle de béton, située à l'Université de Sherbrooke, est fabriquée à base de poudre de verre Cette passerelle de béton, située à l'Université de Sherbrooke, est fabriquée à base de poudre de verre Photo : Radio-Canada
Des trottoirs du campus sont fabriqués à base de poudre de verre.Des trottoirs du campus sont fabriqués à base de poudre de verre. Photo : Radio-Canada

La suite

Nous sommes en train de travailler sur la partie structurale d'utilisation du béton en hauteur. Nous avons de très très bons résultats. La prochaine étape, c'est de faire des essais sur des structures, des murs, des colonnes, des poutres, indique M. Tagnit-Hamou.

Selon lui, une norme viendra sous peu réglementer l'utilisation de la poudre de verre dans l'industrie.

Pour pouvoir utiliser un matériau dans le béton, ça prend des normes. Quand les normes seront adaptées et existeront, rien n'empêchera les entrepreneurs, les bétonnières et autres de l'utiliser et les designer de le recommander, conclut le professeur.

Estrie

Recherche et développement