•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le printemps tardif complique la vie des agriculteurs dans l'Est-du-Québec

Le printemps tardif retarde les travaux aux champs pour les agriculteurs.
Radio-Canada

Le printemps tardif retarde les travaux aux champs pour les agriculteurs. Le mois de mai a été en dessous des moyennes saisonnières et le nombre de gels plus important qu'à l'habitude. Cette tendance est observée depuis les dernières décennies par les agriculteurs et les météorologues.

Un texte de Émile Duchesne

Le mois de mai a été froid et les gels répétés ont retardé le travail des jardiniers-maraîchers aux champs. Le propriétaire de la ferme de la Fourche du troll, Jean-Marc Gougeon, constate qu'année après année, le printemps arrive de plus en plus tardivement.

Encore la semaine passée, on a eu un gel au sol. C'est la première fois que ça m'arrive en 15 ans, ici, au mois de juin.

Jean-Marc Gougeon, propriétaire de la ferme de la Fourche du Troll
Jean-Marc Gougeon est propriétaire de la ferme de la Fourche du TrollJean-Marc Gougeon est propriétaire de la ferme de la Fourche du Troll Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Certains jardiniers-maraîchers ont recours à des serres chauffées pour devancer la saison. Le propriétaire de la ferme Brouettes et courgettes, François Boulianne, explique que c'est un prix à payer pour avoir des légumes à vendre dès les premiers marchés fermiers.

C'est sûr que cette année, ça couté un peu plus cher, je le sens, 25 à 30% de plus par rapport à l'an passé.

François Boulianne, propriétaire de la ferme Brouettes et courgettes
François Boulianne est propriétaire de la ferme Brouettes et courgettesFrançois Boulianne est propriétaire de la ferme Brouettes et courgettes Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

L'horticultrice en chef des Jardins de Métis, Patricia Gallant, remarque que les floraisons sont aussi légèrement décalées. Selon elle, certains arbres et arbustes n'ont bourgeonné que partiellement, ce qui est la conséquence d'un été sec l'an passé suivi d'un hiver rude et venteux.

Les plantes, qui l'automne passé n'ont pas pu faire une réserve appropriée pour l'hiver, en outre, les conifères ou les grands arbres, c'est un peu une résultante de tous ça.

Patricia Gallant, horticultrice en chef des Jardins de Métis

Les météorologues d'Environnement et Changement climatique Canada ont observé un printemps au-dessous des moyennes saisonnières dans l'Est-du-Québec. Le nombre de gels enregistré a aussi été plus élevé qu'à l'habitude.

Tout comme les agriculteurs, les météorologues observent aussi que les printemps sont tardifs et que les étés durent plus longtemps depuis les vingt dernières années.

Avec les informations d'Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Agro-industrie